La culture de l'engagement

Carole Kipling... (La Tribune, Catherine Montambeault)

Agrandir

Carole Kipling

La Tribune, Catherine Montambeault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(RICHMOND) Carole Kipling ne compte plus les chapeaux qu'elle porte sur le plan professionnel. Directrice générale du Réseau Centre, présidente de l'organisme Cultures du coeur et nouvellement membre de la Corporation du couvent du Mont Saint-Patrice, elle ne manque pas de défis à relever quotidiennement. Et c'est précisément ce qui nourrit depuis plus de vingt ans sa passion pour la culture.

Arrivée dans la région en 1991, Carole Kipling a d'abord travaillé à la direction générale du Centre d'art de Richmond, où elle jonglait avec la gestion du bâtiment, de la salle de spectacle, de la galerie d'art et de l'école de musique. « C'est vraiment là que j'ai appris mon métier de diffuseuse », se rappelle-t-elle.

Un apprentissage qui allait lui être particulièrement utile pour la suite de sa carrière, puisque huit ans plus tard, elle fonde le Réseau Centre, un regroupement de diffuseurs de spectacles. « Au début, on était seulement six petits lieux de diffusion en Estrie, dit-elle. Mais ensuite, on a pris de l'expansion. »

Sous son leadership, d'autres organismes de diffusion de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de la Mauricie, de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale se sont joints pour former le regroupement interrégional qui existe aujourd'hui, fort de 23 membres.

« De 1999 à 2003, je travaillais pour le Centre d'art et le Réseau Centre en même temps, raconte-t-elle. À un certain moment, c'est devenu trop gros et j'ai choisi de me consacrer au Réseau, parce que je considérais que j'avais fait mon bout de chemin au Centre d'art. »

Pour Mme Kipling, une salle de spectacle constitue un acteur socioculturel de premier plan et contribue grandement au dynamisme économique d'une région. C'est pourquoi elle s'évertue, au Réseau Centre, à soutenir le développement de ses membres, notamment à travers des formations et divers événements de concertation et de partage de pratiques exemplaires.

« Ce qui me rend le plus fière, c'est la belle progression du Réseau depuis le début et la qualité des services et des activités qu'on réussit à offrir chaque année », souligne-t-elle.

Le travail de Mme Kipling à la barre du Réseau Centre s'est également distingué par la conception, en 2010, de l'outil de gestion SAGAS. Grâce à ce système novateur qui simplifie la compilation et la gestion des données, les artisans du spectacle peuvent désormais consacrer moins de temps et de ressources - souvent déjà trop rares - aux tâches administratives les incombant.

Sortir pour s'en sortir

Impliquée en culture

Kipling ne se limite pas à son poste au Réseau Centre. Elle est également membre fondatrice et présidente depuis 2014 de l'organisme Cultures du coeur Estrie, une initiative originaire de France qui permet à des personnes en difficultés économiques ou sociales de faire des sorties culturelles gratuitement.

« Cultures du coeur, c'est un outil d'intervention pour le travailleur du social, qui lui permet d'aider sa clientèle grâce à la culture, explique-t-elle. On forme les intervenants en médiation culturelle pour leur montrer comment accompagner des publics en difficulté par la découverte des arts et de la culture. »

« Pour les personnes démunies, aller voir un spectacle ou une exposition, c'est se remettre en marche, se réinscrire dans la société : c'est valorisant. Ça permet aussi d'oublier ses problèmes et de vivre un bon moment. »

Et comme si ces deux fonctions ne suffisaient pas, Mme Kipling a récemment choisi de s'investir dans la Corporation du couvent du Mont Saint-Patrice, la nouvelle entité qui se chargera de la gestion de l'édifice abritant le Centre d'art de Richmond et les bureaux du Réseau Centre. « C'est un beau bâtiment historique, qui vaut la peine d'être préservé », clame-t-elle.

« Je suis une personne passionnée, qui adore le travail de groupe et la résolution de problèmes : c'est pour ça qu'on me retrouve souvent dans des organismes à but non lucratif! » résume Carole Kipling

Repères

Native de Québec;

En couple depuis 35 ans avec Daniel Bergeron;

Mère de trois enfants : Maxime, Vincent et Catherine;

Détentrice d'un DEC en techniques d'intervention en loisir du Cégep de Rivière-du-Loup;

Directrice générale du Centre d'art de Richmond de 1991 à 2003.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer