Sur un nuage

Alex Boisvert-Lacroix... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Alex Boisvert-Lacroix

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Alex Boisvert-Lacroix ne s'est jamais senti aussi léger malgré ses 6 pieds 3 pouces et ses 200 livres.

Avec un palmarès bonifié d'une médaille de bronze lors du Championnat du monde sur 500 m, de quatre podiums en Coupe du monde, du titre de Champion canadien sur 500 m et en sprint et du record québécois sur 500 m avec un chrono de 34,30 secondes lors de la saison 2015-2016, le patineur de vitesse longue piste se sent sur un nuage, deux semaines après la fin de sa saison qui s'est conclue à Heerenveen, aux Pays-Bas.

«Ç'a été une saison incroyable, a déclaré le Sherbrookois en entrevue avec La Tribune. Quand j'y repense, je suis sur un nuage, c'est au-dessus de mes attentes. Quand j'ai commencé, je visais simplement des top -10; c'est très encourageant pour la suite et très excitant. J'ai vraiment connu une amélioration en flèche. J'ai amélioré mes résultats beaucoup en termes de temps sur 500 m, et même au 1000 m où je suis devenu compétitif alors que ce n'était même pas considéré une de mes distances auparavant.»

Et ce ne sont pas les résultats mitigés des deux dernières étapes en Coupe du monde (19e en Norvège et 12e aux Pays-Bas) qui vont porter ombrage à sa saison, selon l'athlète de 28 ans.

«Je comprends que j'ai terminé cinquième au cumulatif alors que j'étais deuxième à un certain moment, mais tu m'aurais dit que j'aurais eu ce résultat au début de l'année que j'aurais ri et je n'y aurais pas cru. Ça reste tout un exploit sur une année complète et ça démontre la constance que j'ai eue. Le podium au Championnat du monde, rien ne va égaler ça et c'est incroyable. C'est la deuxième plus grande compétition possible, après les Jeux olympiques, c'est un objectif que tout athlète peut avoir dans une carrière.»

Si ses résultats lui permettent de flotter actuellement, Boisvert-Lacroix reconnaît néanmoins qu'ils seront accompagnés d'un certain poids au cours de la prochaine saison, qui débutera en octobre, puisqu'il cherchera à les surpasser.

«Personnellement, j'essaye toujours de gagner; je suis très compétitif. C'est certain que j'ai maintenant conscience que je peux être parmi les meilleurs au monde, mais en même temps, je vais me concentrer sur le fait que j'ai une recette gagnante pour bien performer et il s'agit de la reproduire et de l'améliorer.»

«Ça enlève un stress à ce niveau-là, parce que je sais comment m'entraîner pour performer. L'an prochain, les gens autour de moi vont avoir des attentes aussi, mais si je me suis entraîné comme je peux le faire. Je vais me concentrer sur le processus et non sur les résultats.»

Aspirant toujours à faire partie de la délégation canadienne de patinage de vitesse longue piste qui sera des prochains Jeux olympiques d'hiver en Corée du Sud, à Pyeongchang, en 2018, Alex Boisvert-Lacroix se dit mieux entouré que jamais pour réussir son objectif. Non seulement sa saison aura propulsé sa confiance à un niveau supérieur, elle aura également servi de tremplin financier.

«En tant qu'athlète amateur, j'ai pu décrocher une commandite majeure de trois ans avec le groupe Beaucage et ça va faire une grosse différence dans ma préparation olympique, parce que je n'ai plus à me soucier du tout des dépenses liées à mon sport. Je sais que j'ai le financement nécessaire, peu importe les résultats. C'est vraiment grandiose comme support. L'objectif ultime reste les olympiques et chaque jour qui passe nous en rapproche. Le but, c'est de peaufiner les détails d'ici là.»

Repères

Né à Sherbrooke en 1987;

A commencé le patinage de vitesse à l'âge de 5 ans;

Médaillé de bronze au Championnat du monde sur 500m;

5e au cumulatif des coupes du monde 2015-2016;

4 podiums en coupes du monde (Bronze-Calgary, Argent-Inzell, Bronze+Argent-Heerenveen);

Un premier titre de Champion canadien sur 500 m;

Champion canadien sprint (500m+1000m);

2 records personnels et le record québécois sur 500m (34,30 sec.) (et 1 h 7,97 au 1000 m);

Étudiant au baccalauréat en Enseignement de l'éducation physique à l'UQAM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer