Le fruit des efforts d'Orange O'clock

Les frères Mickaël et Raphaël Fortin et leur... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Les frères Mickaël et Raphaël Fortin et leur comparse Anthony Simoneau-Dubuc forment le groupe Orange O'clock.

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On peut penser que les trois musiciens d'Orange O'clock vivent un rêve éveillé. Au cours des trois dernières années, les bonnes nouvelles se sont enchaînées pour le trio sherbrookois. Or, c'est plutôt le résultat de leurs efforts qu'ils récoltent aujourd'hui. Les frères Mickaël et Raphaël Fortin et leur comparse Anthony Simoneau-Dubuc n'ont pas l'intention de ralentir la cadence, car ils savent que la seule voie possible est de plancher fort. Passionnés de musique, ils ont décidé de jouer le tout pour le tout et de se consacrer pleinement à leur carrière musicale.

« C'est ça qu'on veut faire dans la vie! » lance Anthony Simoneau-Dubuc en précisant qu'ils ne voulaient négliger ni les études ni la musique. Les gars ont donc cessé leurs études pour plonger pleinement dans l'univers musical.

Pour la petite histoire, c'est à la suite d'un talent show que l'enseignant en sciences Emmanuel Fournier a décidé de miser sur eux : l'enseignant, également musicien et passionné de musique, est devenu leur gérant.

« C'est la première personne qui a cru en nous, pour un groupe scolaire. C'est beau de voir qu'un adulte croit à notre projet et qu'il est prêt à s'investir. C'est vraiment incroyable! » lance Raphaël. « Ça nous a donné beaucoup confiance que quelqu'un d'autre que nos parents croit en nous, dans notre sous-sol », ajoute en souriant son frère aîné Mickaël.

Son tremplin, Orange O'clock l'a connu avec Sherbrooklyn, en 2012. Le trio avait alors remporté un prix de 10 000 $, une cagnotte qui leur a permis de véritablement lancer le groupe, raconte Mickaël.

«Pour un groupe scolaire. C'est beau de voir qu'un adulte croit à notre projet et qu'il est prêt à s'investir.»


Une rencontre marquante

Autre moment marquant pour eux : c'est lors de ce concours qu'ils ont connu leur fidèle complice Dominique Massicotte, qui a réalisé leur premier album Crazy Carnival. « C'est notre grand frère, notre mentor », commente Anthony, qui confie aussi avoir été le premier fan de Mickaël, son ami d'enfance.

Depuis qu'ils ont remporté Sherbrooklyn, plusieurs événements marquants se sont ajoutés à leur parcours : deux prestations à la Fête du lac des Nations, dont l'une en première partie de Marie-Mai, et une prestation au Centre Bell, où ils joué aux côtés de Marie-Mai et de Bran Van 3000... Cette année, ils ont été nommés « Meilleur nouvel artiste canadien » parmi plus de 3300 groupes musicaux à travers le Canada lors du concours Searchlight 2015, organisé par CBC.

Ils ont remporté une somme de 20 000 $ en équipements et la chance de jouer à Toronto aux côtés d'artistes comme Patrick Watson au Festival CBCMusic.ca. Les musiciens s'étaient également distingués lors du concours I'll Musik.

L'année 2016 s'annonce chargée pour les trois musiciens. Alors que leur gérant annonçait récemment un album promotionnel (EP) pour le début de l'année, les gars d'Orange O'clock ne s'avancent plus sur une date de sortie pour ce projet. L'arrivée de nouvelles personnes dans le décor a quelque peu changé les échéanciers. Orange O'clock jouera au Divan Orange à Montréal le 15 décembre. « C'est notre entrée montréalaise. »

Repères

Raphaël et Mickaël sont des frères;

Les membres du trio sont âgés en 17 et 20 ans;

Ils ont tous étudié à l'école secondaire Montcalm.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer