Une « bibitte verte » visionnaire

Patrice Cordeau... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Patrice Cordeau

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) S'il fallait résumer Patrice Cordeau en un mot, celui d'«organisateur» serait sans doute le plus approprié. Non seulement pour résumer l'homme lui-même, mais aussi son mode de vie. «Chez nous à la maison, organiser, c'est ce qu'on fait à temps plein...», affirme en riant le coordonnateur au développement durable de l'Université de Sherbrooke et grand responsable du fait que les Jeux d'été du Canada - Sherbrooke 2013 ont été le premier événement sportif d'envergure au Canada à obtenir les certifications durables, équitables et carboresponsables.

Patrice Cordeau avoue que l'idée d'associer les Jeux du Canada au développement durable ne s'est pas imposée d'emblée.

«Quand je suis débarqué aux Jeux, j'étais un peu perçu comme «la bibitte verte» autour de la table, celle qui va coûter cher, se rappelle Patrice Cordeau, qui est également chargé de cours en environnement à l'UdeS. Mon plan n'était pas d'imposer le virage vert. Je voulais seulement amener les gens à se poser la question : Est-ce qu'on peut faire les choses différemment? ' Et, petit à petit, les gens se sont rendu compte que non seulement ça ne coûtait pas plus cher, mais que, au contraire ça générait des économies à certains endroits, parfois même des nouveaux commanditaires, etc., et que tout ça avait beaucoup de sens. Finalement, ç'a suscité un mouvement assez incroyable partout en Estrie», se réjouit M. Cordeau.

Au total, ce sont 25 actions de développement durable qui ont été mises en place sur le site des Jeux du Canada 2013.

À commencer par le choix de fournisseurs locaux issus de l'économie sociale et la création d'îlots de matières résiduelles qui ont permis de détourner de l'enfouissement plus de 80 % des matières résiduelles.

Au chapitre de la consommation d'eau, les mesures mises en place aux Jeux de Sherbrooke ont permis de réduire de 91% le nombre de bouteilles utilisées par rapport aux Jeux d'été précédents, soit l'équivalent de deux camions-remorques.

«L'un des défis auxquels on a été confronté avec l'eau, raconte Patrice Cordeau, c'était de s'assurer qu'elle soit toujours fraîche. Or, on s'est servi du même principe de refroidissement par serpentins qu'on utilise pour la bière. Du coup, on pouvait se servir de l'eau de la Ville, une eau de qualité, et la servir fraîche, soit dans des verres recyclables ou dans des bouteilles de néoprène réutilisables.»

Cette empreinte écologique a eu tôt fait de valoir aux Jeux du Canada - Sherbrooke 2013 une myriade de prix et de reconnaissances en matière environnementale.

Outre le Phénix de l'environnement 2014, la politique de Développement durable et le plan d'action mis de l'avant par l'organisation ont en effet permis l'obtention d'une classe de niveau 1 du Bureau de normalisation du Québec (BNQ) et l'attestation Carboresponsable d'Enviro-Accès.

Les Jeux se sont de plus qualifiés comme premier évènement mondial accrédité «équitable» par Fairtrade Canada.

En avril, dans le cadre de sa remise annuelle, l'Alliance canadienne du tourisme sportif a décerné le premier prix Prestige de l'évènement sportif écoresponsable de l'année à l'organisation des Jeux d'été du Canada - Sherbrooke 2013. Compte tenu de l'impact et du caractère novateur de la démarche, l'Alliance a choisi de couronner l'organisation sherbrookoise sans même procéder à un appel de candidatures.

Pour Patrice Cordeau, il était clair dès le départ que cette expertise environnementale développée aux Jeux devait perdurer au-delà de ceux-ci. En faire un legs à la communauté estrienne devenait alors son nouvel objectif.

Aujourd'hui, les îlots de récupération et le concept d'équipe verte forment l'armature de FEVE (Festival et événements verts de l'Estrie) qui, tout comme les Jeux, s'inspire des valeurs de l'économie sociale afin d'offrir un service en gestion écoresponsable auprès des festivals et événements populaires de la région.

En moins d'un an, FEVE a offert ses services à 18 événements, impliquant 160 bénévoles, détournant du même coup 10 tonnes de matières recyclables des sites d'enfouissement, tout en distribuant près de 10 000 $ en retombées communautaires.

Coordonnateur au développement durable à l'UdeS;

Chargé de cours en environnement;

Directeur des services de développement durable aux Jeux d'été du Canada

Sherbrooke 2013;

Fondateur et vice-président de FEVE (Festivals et événements verts de l'Estrie);

A collaboré à la création de plusieurs écocentres dans la région;

Conjoint de Claudine Roussel et père de deux garçons: Mathieu (17 ans) et Isaac (4 ans).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer