L'apprentissage rendu ludique

Shawn Young... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Shawn Young

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Adolescent, Shawn Young ne se sentait pas à sa place à l'école : les choses n'allaient pas assez vite à son goût. Aujourd'hui enseignant en physique au Salésien, il est bien placé pour comprendre l'importance de stimuler les élèves. Il a donné vie à World of Classcraft (WOC), un jeu en ligne qui rend l'apprentissage ludique. Non seulement il réussit à susciter la motivation de ses élèves, mais sa création l'a propulsé sous les projecteurs, ici comme à l'étranger.

À trente ans, il cumule deux carrières, en enseignement et dans le monde de l'informatique. Gardant un mauvais souvenir de ses années du secondaire, Shawn Young est arrivé un peu par hasard dans le monde de l'éducation. « J'ai vraiment haï l'école, je me suis fait beaucoup écoeurer. J'étais bon et je m'ennuyais... J'ai souvent changé d'école, j'étais très gêné. »

« J'avais l'impression de perdre mon temps. J'ai le souci que mes élèves n'aient pas cette impression. »

Dans les écoles, beaucoup de place est faite pour les jeunes qui aiment les arts ou les sports. Les jeunes plus « intellectuels », qui aiment l'informatique ou les échecs, par exemple, sont un peu mis de côté, croit le créateur de WoC.

Étonnant de constater son parcours universitaire? Pas aux yeux du principal intéressé. « J'avais hâte de me rendre plus loin. Au Cégep et à l'Université, j'ai trouvé ma place. » Tôt, il a développé un intérêt pour l'informatique. Jeune, c'est lui qui « déboguait » les ordinateurs du voisinage. Par un concours de circonstances, il a été appelé à faire de la suppléance. Il a ainsi découvert les « richesses » du travail d'enseignant, un rôle qu'il prend très à coeur.

Aux côtés de son père et de son frère, Shawn Young a fondé une compagnie afin de poursuivre le développement de WoC, qui a d'ailleurs obtenu récemment une aide financière de 998 000 $ du Fonds des médias du Canada. L'équipe est toujours à la recherche de soutien financier.

Avec WoC, Shawn Young devient maître de jeu, et peut attribuer des points ou en retirer à ses élèves qui se retrouvent dans ce jeu de rôle. Ainsi, en fonction des règles établies, les élèves peuvent détenir certains pouvoirs ou en perdre, selon les points qu'ils gagnent ou perdent.

L'entreprise, qui compte au total environ 10 personnes, planche sur une plateforme ouverte qui pourra être utilisée par les enseignants. « On a des gens de 25 pays inscrits », commente-t-il. « On va faire ça par phase, mais à la fin février, on va avoir 30 000 personnes. »

Au cours des derniers mois, la création de Shawn Young a suscité beaucoup d'intérêt, tant du côté des médias sociaux que des médias traditionnels. Une équipe de Radio Télévision Suisse (RTS) est débarquée au Salésien pour réaliser un reportage, le Courrier international y a consacré un article... « Socialement, il y a un besoin criant de faire des trucs de ce genre-là dans le monde de l'éducation », indique le jeune papa, qui plaide pour l'innovation dans les écoles.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer