Valoris ferme temporairement deux lignes de tri

Après avoir annoncé une nouvelle hausse de ses tarifs le mois dernier, le... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Après avoir annoncé une nouvelle hausse de ses tarifs le mois dernier, le centre de valorisation des matières résiduelles Valoris se dit dans l'obligation de cesser temporairement les activités de deux de ses trois lignes de tri.

La ligne de tri des résidus résidentiels ainsi que celle réservée aux résidus industriels, commerciaux et institutionnels seront inopérantes jusqu'à la fin du litige qui oppose Valoris et le fournisseur de ces équipements en Cour supérieure, « à moins qu'une entente à l'amiable soit conclue avec le fabricant », précise-t-on dans un court communiqué de presse émis vendredi.

Valoris explique que des « analyses récentes réalisées par une firme d'experts indépendants confirment que la performance de ces équipements est bien en deçà de ce qui était prévu au contrat conclu avec le fournisseur de ces équipements ».

La régie intermunicipale, copropriété de la Ville de Sherbrooke et de la MRC du Haut-Saint-François, trie le contenu du bac noir afin d'en revaloriser les matières. Elle assure qu'elle continuera de recevoir les matières résiduelles de ses clients, sans préciser ce qu'elle en fera.

Valoris et son fournisseur d'équipements sont devant les tribunaux depuis le début de l'année alors qu'ils ne s'entendent pas sur la façon de remédier à un problème de différence de la composition des matières résiduelles traitées chez Valoris.

La régie fait face à une poursuite de près de 3 millions $.

Le mois dernier on apprenait qu'après avoir enregistré un déficit en 2016 et augmenté ses tarifs de 10 $ la tonne en fin d'année, Valoris avait procédé le 1er juillet à une nouvelle hausse de ses tarifs, une majoration de 53 % cette fois-ci. Pour Sherbrooke, la facture s'élève à 700 000 $ en 2017 et à 1,4 M$ en 2018.

La troisième ligne de tri de Valoris, celle dédiée aux résidus de construction, de démolition et de rénovation, poursuit ses opérations.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer