Les travailleuses des CPE votent pour la grève

Sans contrat de travail depuis le 31 mars... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, les travailleuses des centres de la petite enfance de l'Estrie mettent de la pression pour faire débloquer la négociation avec les associations d'employeurs et le ministère de la Famille.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les travailleuses des centres de la petite enfance de l'Estrie mettent de la pression pour faire débloquer la négociation des dispositions nationales avec les associations d'employeurs et le ministère de la Famille.

Stéphanie Vachon... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Stéphanie Vachon

Archives, La Tribune

Réunis en assemblée générale les membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des centres de la petite enfance de l'Estrie (STTCPEE-CSN) se sont prononcés en faveur d'une banque de six journées de grève, à utiliser au moment jugé opportun.

Les 850 membres du STTCPEE sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, note un communiqué de presse.

« Les travailleuses envoient ainsi un message clair au gouvernement de même qu'aux employeurs, déclare Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie (CCSNECSN).

« Le message est qu'elles sont déterminées à obtenir un contrat de travail leur garantissant des conditions qui leur permettent d'effectuer adéquatement leur travail auprès des enfants. »

Pour sa part, Stéphanie Vachon, présidente du STTCPEE, explique « qu'après 30 rencontres de négociation, seules les matières non monétaires ont fait l'objet d'entente ».

Elle mentionne également que « dans cette négociation, les demandes des employeurs représentent des reculs importants non seulement dans les conditions de travail des syndiquées, mais également dans la qualité des services offerts aux enfants ».

« Il y a là bien plus qu'un conflit employeurs/employées. Par nos revendications, nous permettrons aussi d'assurer la pérennité du réseau des centres de la petite enfance, réseau pourtant fiable et mondialement réputé dont s'est doté la population du Québec dans le but d'assurer des services de garde éducatifs de qualité pour nos enfants », conclut Mme Vachon. Le STTCPEE-CSN compte 35 centres de la petite enfance regroupant ainsi plus de 850 travailleuses.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer