La santé publique de l'Estrie cherche la source de contamination de légionellose

On remarque un nombre anormalement élevé de cas... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

On remarque un nombre anormalement élevé de cas de légionellose à Granby.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Les autorités de santé publique de l'Estrie cherchent à déterminer la source de contamination qui serait à l'origine d'un nombre anormalement élevé de cas de légionellose à Granby, en Montérégie.

Le quotidien La Voix de l'Est rapporte mardi que de nouveaux cas ont été recensés dans la municipalité, portant le total à sept cas confirmés, alors qu'un huitième patient est encore en évaluation.

La Direction de la santé publique (DSP) de l'Estrie rapporte par ailleurs trois autres cas à Sherbrooke, mais ceux-ci ne seraient pas reliés.

La légionellose, aussi appelée maladie du légionnaire, est une infection pulmonaire qui s'attrape en respirant des microgouttelettes d'eau contaminées par la bactérie Legionella, qui sont en suspension dans l'air. Ces microgouttelettes proviennent habituellement de tours de refroidissement d'édifices qui sont contaminées.

En moyenne, les autorités traitent un ou deux cas de légionellose par année sur l'ensemble du territoire estrien durant la saison estivale.

Selon le quotidien de Granby, les équipes de la DSP mènent des recherches dans un périmètre bien délimité de la ville.

En 2012, une éclosion de légionellose avait entraîné la mort de 13 personnes dans la ville de Québec. En tout, on avait dénombré 181 cas de personnes atteintes de la maladie, dont la source de contamination avait été identifiée dans une tour de refroidissement d'un édifice.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer