André L'Espérance : encore des projets plein la tête

«Mes projets attirent du monde et bénéficie au... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

«Mes projets attirent du monde et bénéficie au milieu. Le tourisme est plus structurant qu'on le pense au plan économique», plaide l'homme d'affaires André L'Espérance.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) S'il le voulait, l'homme d'affaires André L'Espérance pourrait vivre une retraite dorée. Il a fait de bonnes affaires à différents moments dans sa vie et la fin du mois ne l'inquiète jamais. Toutefois, cet entrepreneur prolifique paraît incapable de s'arrêter, de sorte qu'il a encore annoncé, ces dernières semaines, son désir de réaliser un projet d'envergure à Magog au cours des prochaines années.

André L'Espérance n'a cessé d'investir dans le secteur touristique depuis une quinzaine d'années. Il n'a pas eu le succès qu'il espérait avec la station Mont Orford, mais il a développé des produits qui ont carrément donné un nouvel élan à l'industrie touristique de la région de Magog.

Lorsqu'il est devenu propriétaire du train touristique Orford express, André L'Espérance souhaitait dès le départ ajouter une plus-value à ce produit, qui attire des milliers de touristes dans la région à tous les ans.

«Tout de suite en investissant dans le train, j'ai averti Donald Thompson, qui en était l'opérateur, qu'il faudrait avoir de beaux wagons et présenter de jolis endroits aux gens qui grimperaient à bord. On a travaillé pour atteindre ces deux objectifs», explique l'homme d'affaires.

André L'Espérance a de nouveau tenté de créer un produit haut de gamme quand il a fait construire le Grand cru, un bateau de croisière qui navigue sur le lac Memphrémagog, un plan d'eau auquel le Magogois est très attaché.

«C'est vrai que le haut de gamme est un fil conducteur dans mes projets. Il faut se différencier pour vendre un produit. En plus, en créant des choses davantage exceptionnelles, on a de meilleures chances qu'elles durent dans le temps. Mais, même si on mise sur la qualité, on doit demeurer conscient de la capacité de payer des gens et garder des tarifs abordables.»

L'hôtellerie

L'hiver dernier, l'homme d'affaires et son équipe ont inauguré le nouvel Espace 4 saisons. Cet hôtel, situé au pied du mont Giroux à Orford, est le seul établissement hôtelier qui peut réellement être considéré comme un voisin immédiat de la station Mont Orford.

Auparavant appelé Auberge aux quatre saisons d'Orford, l'Espace 4 saisons compte quelque 80 chambres. Une somme de 12 millions $ a été investie pour agrandir cet établissement hôtelier au cours des derniers mois.

Tel que l'a révélé La Tribune récemment, André L'Espérance désire maintenant transformer l'Hôtel et spa L'Étoile-sur-le-Lac en centre des congrès. Et l'homme d'affaires n'a pas l'intention de faire les choses à moitié. Il songe en effet à créer un immeuble qui aurait une facture toute particulière au plan architectural.

Le centre des congrès dont rêve le Magogois pourrait accueillir jusqu'à 400 congressistes à la fois. Il posséderait environ 125 chambres. On ignore pour le moment jusqu'à quel hauteur il s'élèverait.

«Du plaisir»

André L'Espérance continue à faire des affaires et à développer des projets parce qu'il prend plaisir à cela. «Un de mes principaux buts, c'est de réaliser des projets qui auront une longue durée de vie, dit-il. Par exemple, le bateau et le train auront probablement une vie utile de 50 ans. Des hôtels également, c'est très durable habituellement. Il suffit de s'assurer de renouveler constamment leur offre.»

Tout en prenant plaisir à développer des projets privés, le Magogois croit jouer un rôle dans le développement de l'industrie touristique de sa région. «Mes projets attirent du monde et bénéficie au milieu. Le tourisme est plus structurant qu'on le pense au plan économique», plaide-t-il.

Bien que la renommée de Magog au plan touristique soit déjà grande, l'homme d'affaires considère qu'il demeure encore beaucoup à faire pour amener cette localité à son plein potentiel. «C'est une ville extraordinaire et je me sens privilégié de vivre ici. Mais elle est très loin de son développement optimal.»

Les travaux majeurs qui seront réalisés au centre-ville de Magog, durant les années à venir, le réjouissent toutefois. «C'est une décision judicieuse de la part de la municipalité, qui va dans la bonne direction avec un tel projet», lance-t-il.

Le mont Orford

Compte tenu de son étincelante feuille de route dans le domaine des affaires, on pourrait croire qu'il a difficilement vécu l'échec du projet qu'il avait soumis vers 2005 pour relancer la station Mont Orford. Il assure cependant qu'il a le regard résolument tourné vers l'avant.

«Orford, pour moi, c'est réglé, confie-t-il. Je reste attaché au mont Orford, que je monte deux fois par semaine. Par contre, je suis vraiment passé à autre chose et j'ai zéro amertume. On a lancé une série de produits avec mon équipe et je pense que j'ai réussi à améliorer l'offre d'activités touristiques dans la région même si j'ai quitté la station.»

Preuve sans doute qu'André L'Espérance n'est pas resté amer, il salue le travail réalisé ces derniers mois par les nouveaux dirigeants de la station Mont Orford ainsi que la décision des municipalités de la MRC de Memphrémagog d'investir 2,5 millions $ pour améliorer les infrastructures du centre de ski et du terrain de golf.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer