Exclusif

Un centre des congrès à Magog?

Propriétaire de l'Hôtel et spa L'Étoile-sur-le-Lac, l'homme d'affaires... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Propriétaire de l'Hôtel et spa L'Étoile-sur-le-Lac, l'homme d'affaires André L'Espérance souhaite en démolir une partie et construire un centre des congrès pouvant accueillir 400 congressistes et comptant jusqu'à 125 chambres de même que plusieurs salles de réunion.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Plutôt effacé depuis quelques années, l'homme d'affaires André L'Espérance mijote un autre grand coup. Celui qui possède déjà le bateau de croisière Grand cru ainsi que le train touristique Orford express souhaite créer un centre des congrès à l'Hôtel et spa L'Étoile-sur-le-Lac, un établissement hôtelier de 52 cham-bres qu'il a acquis en 2016.

M. L'Espérance est convaincu que le site où se trouve L'Étoile-sur-le-Lac est tout à fait « exceptionnel », ce qui le pousse à vouloir le développer. « De toute ma vie, c'est le plus beau site que j'ai vu, lance-t-il. Le lac Memphrémagog est à côté, tout comme la piste cyclable et, en plus, le centre-ville de Magog est tout près. »

Le centre des congrès qui serait construit pourrait accueillir 400 congressistes. Il compterait jusqu'à 125 chambres environ et plusieurs salles de réunion. L'offre d'hébergement dans le reste de la région serait mise à profit lors des congrès les plus importants.

Afin que le projet convienne le plus possible au milieu, André L'Espérance et son équipe ont entrepris des consultations. Ils ont rencontré de simples citoyens et des leaders de la communauté locale.

« Actuellement, on est à l'étape de la conception des plans, révèle l'homme d'affaires. On retournera voir les gens qu'on a consultés pour leur présenter les plans quand ils seront prêts. »

Bien que l'étape de la conception des plans ne soit pas terminée, il semble acquis qu'une importante portion de l'Étoile-sur-le-Lac devra être démolie. « La partie la plus vieille de l'hôtel date de 1962. C'est un bâtiment désuet. Entre autres, les plafonds sont trop bas dans les salles de réunion et dans les chambres. »

Enjeu important

Compte tenu de l'endroit où est situé l'Hôtel et spa l'Étoile-sur-le-Lac, la hauteur de la construction qui sera érigée risque de constituer un enjeu important pour certains citoyens et intervenants locaux. M. L'Espérance paraît en être tout à fait conscient et aimerait suggérer une solution de compromis à la communauté.

« On réfléchit à la possibilité de laisser de larges percées visuelles vers le lac Memphrémagog au rez-de-chaussée du futur bâtiment. Ce serait un gain pour les gens parce qu'il n'y a aucune percée de ce genre sur toute la longueur de l'édifice en ce moment », explique l'homme d'affaires.

Affirmant avoir fait des apprentissages alors qu'il dirigeait la station Mont Orford, André L'Espérance dit souhaiter que la population magogoise « accueillera positivement » son projet.

« Je veux que le bâtiment soit superbe et qu'il s'intègre bien avec les constructions environnantes, affirme-t-il. On mettrait beaucoup de verdure et on pense même à faire un toit vert. L'Étoile-sur-le-Lac est à l'entrée de la ville de Magog et c'est important de réaliser un projet vraiment intéressant à cet endroit. »

D'après M. L'Espérance, l'ajout d'un centre de congrès en bordure du lac Memphrémagog aurait des retombées majeures dans la région magogoise. « On aurait des visiteurs à l'année. La clientèle des congressistes est recherchée parce qu'elle a souvent des impacts positifs sur les commerces autour des hôtels où elle séjourne. »

L'homme d'affaires ajoute que, normalement, une augmentation de la clientèle à L'Étoile-sur-le-Lac ne signifierait pas une hausse de la circulation automobile au centre-ville de Magog. « Les gens pourraient laisser leur auto dans nos stationnements », remarque-t-il.

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, estime que... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, estime que la création d'un centre des congrès à Magog pourrait avoir des effets bénéfiques sur l'économie de sa municipalité.

Archives, La Tribune

Hamm voit le projet d'un bon oeil

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, estime que la création d'un centre des congrès à Magog pourrait avoir des effets bénéfiques sur l'économie de sa municipalité.

« Du point de vue économique, le projet d'établir un centre de congrès à Magog est très intéressant, affirme-t-elle. Il y a 20 ans, on parlait déjà de l'idée de miser sur le tourisme d'affaires et corporatif pour développer notre économie locale. Un tel projet irait dans le sens de ce que la région souhaitait à l'époque. »

Vicki-May Hamm souligne que le tourisme d'affaires peut permettre à une région d'attirer des visiteurs hors des saisons touristiques traditionnelles. « Ça étire les périodes d'achalandage et les saisons », note-t-elle.

Pour démontrer que la construction d'un centre de congrès à Magog est réellement souhaitable, Mme Hamm mentionne avoir dû renoncer à inviter le conseil d'administration de l'Union des municipalités du Québec dans sa ville, faute de lieu suffisamment grand pour recevoir l'ensemble des membres de ce groupe et les gens qui les accompagnent habituellement.

Ville idéale

Quoi qu'il en soit, elle juge que la ville de Magog est un endroit tout désigné pour recevoir des congrès. « Les congressistes et leur conjoint aiment souvent visiter la région dans laquelle ils se trouvent quand ils prennent part à de tels événements. Avec tous ses attraits, notre municipalité aurait tout ce qu'il faut pour les intéresser. »

Quant au site où André L'Espérance aimerait construire son centre des congrès, elle le juge pratiquement parfait. « L'Hôtel Étoile-sur-le-Lac est un endroit exceptionnel étant donné qu'il est près du centre-ville et du lac Memphrémagog », affirme-t-elle.

Vicki-May Hamm préfère toutefois ne pas commenter longuement le dossier parce que le promoteur n'a pas encore dévoilé les plans de la construction qu'il planifie bâtir.

« Je ne peux me prononcer sur le projet dans son entier pour le moment. Cela dit, j'avoue que l'idée de créer des percées visuelles dans le bâtiment me plaît beaucoup. Ça témoigne du fait que le promoteur a entendu les commentaires des résidants et des intervenants qu'il a rencontrés », déclare-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer