Voie de contournement à Lac-Mégantic : le statu quo revient sur le tapis

Dans le rapport rendu public lundi par le... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Dans le rapport rendu public lundi par le BAPE, on apprend que 65 pour cent des gens ayant présenté des mémoires lors des audiences tenues à Lac-Mégantic en mai favorisaient le maintien du tracé actuel à la construction d'une voie de contournement.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Le Bureau des audiences publiques sur l'environnement a ramené l'option du statu quo sur le tapis pour le tracé ferroviaire qui traverse Lac-Mégantic.

Dans son rapport rendu public lundi, on apprend que 65 pour cent des gens ayant présenté des mémoires lors des audiences tenues à Lac-Mégantic favorisaient le maintien du tracé actuel à la construction d'une voie de contournement. Mais les conclusions du BAPE à cet égard sont formelles : l'acceptation de cette option exige une documentation rigoureuse et son explication aux populations concernées pour s'assurer d'une pleine compréhension des enjeux rattachés au maintien de la voie ferrée au centre-ville de Lac-Mégantic.

À ce sujet, le rapport blâme pratiquement la Ville de Lac-Mégantic et ses voisines, Frontenac et Nantes, de ne pas avoir assez informé ni avoir consulté adéquatement leurs populations à propos de cette option, compte tenu des risques qu'elle présente, s'il devait survenir un autre déraillement de train. « Car l'acceptation sociale de l'option 1 sous-tend une acceptation volontaire des risques qui lui sont associés », souligne le rapport.

Trois facteurs de risques y sont notés et devront être considérés dans le choix de l'option ferroviaire en raison des graves conséquences qu'elles peuvent impliquer : la forte déclivité de la voie ferrée actuelle, sa courbure prononcée et son passage dans une zone densément peuplée.

L'option 3 bien reçue

« Pour sa part, l'option 3 représente la voie de contournement la plus avantageuse et elle mérite une attention particulière en raison de ses avantages tant environnementaux que sociaux et économiques », peut-on aussi lire dans le rapport. Cette proposition reprend le tracé retenu par la Ville de Lac-Mégantic, mais la Municipalité de Frontenac souhaiterait le voir amendé pour ne pas que la voie ferrée coupe des terres agricoles en deux parties.

Les trois autres tracés envisagés au cours des dernières années ont retenu moins d'attention de la part des commissaires du BAPE.

Il appartient maintenant au ministre de l'Environnement David Heurtel, de concert avec la Ville de Lac-Mégantic et le gouvernement fédéral, de prendre les décisions finales dans ce dossier épineux.

Le BAPE avait remis son rapport final le 21 juillet au ministre Heurtel.

Il s'agissait d'un mandat spécifique donné au BAPE par le ministre afin d'accélérer le processus de réalisation de cette voie ferrée de contournement, réclamée à grands cris par les citoyens de Lac-Mégantic, par le biais de la Coalition de citoyens et d'organismes engagés pour la sécurité ferroviaire.

Rappelons que la Commission du BAPE avait tenu ses audiences à Lac-Mégantic du 29 au 31 mai, sous la présidence de Joseph Zayed. Certains intervenants en ont alors profité pour faire connaître leur impatience face à la lenteur du processus menant à la construction de la voie de contournement en 2022 seulement, alors que d'autres ont souligné publiquement leur souffrance qui n'a pas cessé depuis la tragédie du 6 juillet 2013.

Accueil favorable à la Ville

« Je retiens que le BAPE est favorable à l'option 3, soit le tracé retenu par Lac-Mégantic pour la voie de contournement, option que les gens du public perçoivent avec une certaine valeur. »

Par la voix de son pro-maire Pierre Mercier, la Ville de Lac-Mégantic a réagi positivement à la publication, lundi, du rapport du BAPE au sujet de la voie de contournement ferroviaire de son centre-ville.

« Je comprends, à certains arguments, que les gens ne sont pas tous favorables au changement », reconnaît M. Mercier, en ajoutant que le tracé actuel n'avait pas été retenu par la Ville « parce que cela a causé le déraillement du train et la mort de 47 personnes ».

« Il faut prendre en considération les risques, estime-t-il. J'ai apprécié que le président Zagreb pose des questions pointues. Le 14 mai dernier, nous avons appuyé Nantes et Frontenac, avec qui nous sommes d'accord pour améliorer le tracé et ainsi éliminer certains inconvénients. Nous travaillons avec les deux Municipalités et les organismes de surveillance. »

La Coalition accuse la Ville

Pour la Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire au centre-ville, le rapport du BAPE donne raison, d'entrée de jeu, à l'importance de la sécurité pour la population.

« C'est notre position depuis le début. Quant à la Ville de Lac-Mégantic, elle crée un manque d'information et de transparence, par son problème de communication avec la population. Elle n'a pas bien documenté son intervention, ce qui crée un biais. Il aurait fallu qu'elle informe les gens comme il faut », croit Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition.

« Elle aurait dû exposer les forces et les faiblesses du statu quo. Elle a mal fait son travail. Pourtant, cette étude a coûté 1 million de dollars, faite par une grande firme d'ingénierie au Canada. Elle aurait agi de la même manière, si elle avait voulu noyer le poisson. Elle se satisfait de tourner les coins ronds. Pour le statu quo, les gens ne sont pas conscients des conséquences. Le BAPE a fait un bon travail de compréhension de la dangerosité des options de la voie de contournement », a conclu M. Bellefleur.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer