SOS mont Hereford s'adresse directement au Massachusetts

L'organisme SOS mont Hereford a signalé au Massachusetts que le projet... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(East Hereford) L'organisme SOS mont Hereford a signalé au Massachusetts que le projet d'Hydro-Québec de passer sa ligne électrique Northern Pass sur le mont Hereford ne répond pas à ses critères environnementaux.

On a mentionné au comité responsable de l'évaluation des offres de services de l'État que les critères de l'appel d'offres lancé par l'état américain n'était pas respectés.

Le projet doit «démontrer qu'il évite ou atténue, dans la mesure du possible, les impacts sur les ressources naturelles, incluant notamment, mais pas seulement, les zones protégées et les terres publiques et/ou privées faisant l'objet de servitude de conservation».

 L'un des porte-parole de SOS mont Hereford, Christian Simard, n'est pas contre la mentalité de vendre les surplus d'électricité aux États-Unis, mais déplore la façon dont la société d'État veut le faire. 

«On ne peut pas vendre de l'énergie « propre » aux Américains en détruisant tout sur notre passage. Les fils seront enfouis aux États-Unis sur 100 km en évitant les aires protégées et en préservant les paysages, alors il faut que cela soit le cas au Québec aussi», analyse celui qui est également directeur général de Nature Québec.

Pour l'instant, la société d'État n'est pas ouverte à l'idée d'enfouir les fils électriques sur 15 km au mont Hereford, en disant que le coût serait trop élevé. Les États-Unis, eux, ont enfoui les fils sur une distance de 100 km pour préserver les milieux naturels.

Lynn Saint-Laurent, une porte-parole d'Hydro-Québec, confirme que le projet présenté est un excellent arrangement. «On estime qu'on a présenté le projet qui représente le meilleur compromis quand on considère les facteurs économiques, environnementaux et techniques. On a réduit le déboisement et les pylônes seraient moins élevés», rappelle-t-elle.

 M. Simard n'est pas du tout d'accord avec cette affirmation. «Ils ont fait une analyse bâclée de leur propre scénario d'enfouissement. Ils glorifient leur scénario de traversée aérienne de façon un peu grossière. Essentiellement, il va y avoir passage dans une aire protégée. Ce type d'activité n'est pas permis», commente-t-il.

Rappelons que le projet Northern Pass d'Hydro-Québec prévoit d'installer des lignes électriques sur 79 km au Québec. Selon le plan d'Hydro-Québec, les lignes électriques devraient passer sur les flancs du mont Hereford, qui est considéré comme une aire protégée.

Les compagnies qui étaient intéressées à collaborer avec le Massachusetts pour leur fournir de l'électricité avaient jusqu'au 27 juillet pour soumettre leur candidature. L'état américain devrait décider de leur partenaire le 25 janvier prochain. Hydro-Québec a soumis trois projets de transport d'électricité, dont Northern Pass.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer