Nouveau défi pour le 10e anniversaire du Centre équestre Le Vent du Sud

La propriétaire du Centre équestre Le Vent du... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

La propriétaire du Centre équestre Le Vent du Sud, à Piopolis, Delphine Verreault, semblait bien fière de sa nouvelle petite protégée, une pouliche âgée d'une semaine seulement, qui n'avait même pas encore de nom - suggestions bienvenues -, fille de la jument « Brownie ». L'entreprise accueillait le grand public à l'occasion du 10e anniversaire d'existence.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Piopolis) Niché à un bel endroit pittoresque à Piopolis, non loin du lac Mégantic, le Centre équestre Le Vent du Sud soulignait récemment son 10e anniversaire d'existence.

« Une journée de fête pour la famille du Vent du Sud », a mentionné sa propriétaire, Delphine Verreault, au début de sa courte allocution de circonstance. « Il y a 10 ans, je rêvais de devenir entrepreneure et de lancer mon entreprise. Aujourd'hui, j'ai beaucoup de gratitude de pouvoir faire ce que voulais réaliser. Oui, il y a eu de nombreuses aventures en cours de route, ça n'a pas été toujours facile, c'était tentant d'abandonner, ce qui a même failli arriver dernièrement, mais ça a été fantastique, et cela s'est révélé une expérience super enrichissante! »

Elle a remercié plusieurs personnes qui l'ont aidée à favoriser le cheminement de ces 10 dernières années : sa famille, ses amis et ses employés.

Elle a aussi remercié une ancienne stagiaire d'été, Madeleine Lesaffre, originaire de France, qui est devenue une collaboratrice permanente.

La propriétaire a révélé qu'elle entendait se concentrer davantage sur l'enseignement équestre professionnel. Une nouveauté au centre équestre, une formation ponctuelle possible dans une nouvelle discipline, one horse man ou cowboy extrême en français, en selle western, chronométrée, avec une série d'obstacles que le cheval ne connaît pas à l'avance, afin de mesurer la collaboration du cheval avec son cavalier.

La passion de Delphine Verreault pour les chevaux ne s'est jamais démentie, durant toutes ces années. « Je souhaite poursuivre pendant de nombreuses années encore », a conclu la patronne du centre équestre, qui vient de racheter les parts d'un associé qu'elle avait avec elle à ses débuts.

« Il y a 10 ans, je rêvais de devenir entrepreneure. Aujourd'hui, j'ai beaucoup de gratitude de pouvoir faire ce que voulais réaliser. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer