Un toit pour mieux vivre avec des troubles mentaux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'organisme mon Shack, Mes choix, Mon avenir lance un projet immobilier avec appartements sous supervision pour les personnes de 18 à 35 ans aux prises avec des troubles de santé mentale. Situé à Lennoxville, le Shack sera le tout premier établissement de ce genre dans la région à offrir un milieu de vie bilingue pour ses résidants.

La nouvelle a été accueillie avec bonheur et émotion par les gens présents au dévoilement. Parmi eux, Lysanne Prévost, mère d'un jeune homme de 24 ans aux prises avec le syndrome d'Asperger, a d'ailleurs touché le public avec un vibrant témoignage pour louanger les bienfaits d'une telle initiative.

Elle a expliqué la difficile réalité à laquelle est confronté son fils. « Lorsque j'ai entendu parler de ce projet, j'ai tout de suite pensé qu'il pourrait désormais avoir un abri, de la sécurité et de la compréhension. Cela donnera également à nous, ses parents, une pause. Les personnes autour de lui comprendront également ses besoins », a-t-elle mentionné, la gorge nouée.

De l'espoir

Si ce projet est autant apprécié, c'est qu'il permettra aux personnes souffrant de problèmes mentaux de se réadapter et de se réintégrer à leur milieu de vie dans un environnement sain et adapté à leurs besoins. Il leur offrira la chance de développer leur autonomie et même de reprendre le contrôle sur leur vie en réalisant divers projets ou activités. « Il faut dire que c'est possible de se rétablir et que par la suite on peut avoir un parcours de vie. Il y a de l'espoir.

«Chacun dans la communauté doit devenir un ambassadeur et un porteur d'espoir pour la guérison de la santé mentale. Il y a maintenant un endroit qui sera pour eux et auquel les anglophones auront accès. Il faut travailler ensemble pour le rétablissement de ces jeunes », a fait valoir la présidente de l'organisme Mon Shack, mes choix, mon avenir, Josée Parent.

Les séjours dans cet immeuble sont offerts à des prix modiques pour une période de 18 à 24 mois avec possibilité d'ajouter une année si le besoin s'en fait sentir. Le projet est évalué à plus de 2 millions $. Il y aura un total de 18 logements disponibles (3 et demi) et une salle communautaire dans la future construction. Les jeunes de 18 à 35 ans aux prises avec des problèmes de santé mentale, mais qui n'ont pas de logement à cet endroit, pourront quand même participer gratuitement aux différentes activités offertes au Shack. En Estrie, près de 27 000 adultes sont aux prises avec des problèmes de santé mentale. La Ville de Sherbrooke appuie ce projet et paiera 10 % des frais d'exploitation durant les cinq premières années. L'arrondissement de Lennoxville et Global Excel Management inc. ont également été d'une importante capitale dans l'élaboration de ce projet d'envergure.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer