Une école primaire publie un livre

Les élèves Thomas Tremblay et Élizabeth Bérard, ainsi... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Les élèves Thomas Tremblay et Élizabeth Bérard, ainsi que Véronique Pepin, propriétaire de la maison d'édition La Petite Barque, et l'enseignante Nathalie Dugas ont présenté le nouveau livre.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) «Il agit comme un adulte, mais n'en est pas un. Il est grand et petit en même temps. Il travaille dans les champs de fraises.» Voilà la drôle de définition qui a été donnée au mot adolescent dans un abécédaire publié par l'école primaire Saint-Pie X, à Magog, avec la collaboration de la maison d'édition La Petite Barque.

L'abécédaire de l'école Saint-Pie X est volontairement comique. On retrouve à l'intérieur plusieurs définitions loufoques de mots divers. Chacune des définitions a été concoctée par un élève de l'établissement scolaire.

De nombreux dessins colorés parsèment également les pages de l'abécédaire de l'école magogoise, qui compte un peu moins de 200 élèves. Tout comme les définitions, les dessins ont été produits par les enfants.

Lors du dévoilement du livre dans la cour de l'école jeudi, le directeur de l'établissement, Stéphane Gévry, a fait valoir que les projets «signifiants et intégrateurs» constituent une nécessité dans le milieu scolaire au Québec. Il a aussi noté que la lecture est un «gage de réussite» pour les élèves.

L'initiatrice du projet, l'enseignante Nathalie Dugas, a pour sa part mentionné que les élèves ont bien ri en accomplissant les tâches reliées à l'écriture du livre. «Ils ont mis du coeur et de la persévérance», a-t-elle ajouté.

Le jeune Pierre-Alexis St-Laurent confirme avoir eu beaucoup de plaisir à écrire et à dessiner pour ce livre. «J'aime vraiment l'écriture et le dessin. En plus, j'adore les blagues et c'est une chose qu'on ne peut pas faire souvent dans la classe», explique le garçon.

«Je trouve ça super parce qu'on a chacun un exemplaire, renchérit une autre jeune, Nathan Poulin. On pourra donc le partager avec des gens autour de nous.»

«Il y a de très beaux dessins parmi tous ceux qui sont dans le livre», remarque quant à elle Océane Dubé, tout en soulignant que le projet a été plus stimulant que les cours de mathématiques et de français habituels.

Le petit livre d'une trentaine de pages a été tiré à 450 exemplaires. Propriétaire de la maison d'édition La Petite Barque, Véronique Pépin, s'efforce de rendre possible la réalisation de ce genre de projet quand on lui demande sa collaboration. «Je veux démocratiser la création artistique», dit-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer