Amos Daragon: IceWorks n'aura pas d'argent de Québec

La ministre Dominique Anglade... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La ministre Dominique Anglade

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le projet de série d'animation mettant en vedette le personnage d'Amos Daragon bat sérieusement de l'aile. L'analyse du projet, présenté par l'entreprise IceWorks Animation à Magog, serait terminée et tout indique que le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec a choisi de ne pas le supporter.

Confrontée par le député caquiste François Bonnardel mardi lors de la période des questions à l'Assemblée nationale, la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, n'a voulu donné aucune assurance que le projet de série d'animation pourrait recevoir une aide financière de 2,7 millions $ de la part d'Investissement Québec, tel que réclamé.

Dans le cadre d'une entrevue accordée à La Tribune en soirée mardi, Mme Anglade a par la suite confirmé que le projet de la firme IceWorks Animation, qui est évalué à 10,7 millions $, ne cadre dans aucun des programmes de son ministère. Cela n'empêche pas qu'on puisse, à l'occasion, supporter financièrement une entreprise, mais il faudrait alors une proposition des plus structurante.

La ministre a également révélé qu'elle avait elle-même scruté la proposition soumise par IceWorks et qu'elle n'avait « aucune annonce à faire ».

«Il faut se rappeler qu'il s'agit de derniers publics et qu'on doit penser aux contribuables.»


Et elle a suggéré que le propriétaire de l'entreprise, Sylvain Viau, avait fort probablement déjà été informé de la décision de Québec.

Dominique Anglade a expliqué qu'une série de critères permettent au ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation d'évaluer les projets qui lui sont soumis.

« La solidité de l'entreprise qui fait la demande, les immobilisations, les retombées dans le milieu et les emplois créés sont tous des éléments qu'on regarde lors de l'évaluation. Il faut se rappeler qu'il s'agit de derniers publics et qu'on doit penser aux contribuables », a-t-elle noté, avouant peu après que les décisions rendues ne plaisent pas toujours à tous.

Intéressée par les régions

Mme Anglade a aussi réfuté l'accusation de son collègue Pierre Reid, le député d'Orford, concernant le manque d'intérêt de son ministère pour le développement des régions. Elle a notamment pris le pouls des régions, depuis son arrivée à la tête de son ministère, grâce à une tournée à travers le Québec. « C'est comme ça qu'on peut réussir à faire des choses concrètes », a-t-elle plaidé.

Dans un article paru dans La Tribune mardi matin, M. Reid a précisément pointé des fonctionnaires du Ministère. « C'est comme si un groupe de fonctionnaires était en train de faire la preuve par l'absurde que notre stratégie gouvernementale de développement économique régional est inapplicable », avait-il déclaré.

Lorsqu'on a demandé à Dominique Anglade si les heurts avec son collègue risquaient de ternir leur relation, elle a indiqué qu'elle comprenait bien le rôle d'un député.

« Le rôle d'un député, c'est de défendre sa région et, ici, on a le député d'Orford qui prend vraiment à coeur tout ce qui s'y passe », avait-elle préalablement mentionné devant les élus à l'Assemblée nationale.

Rappelons en terminant que le propriétaire d'IceWorks Animation avait soutenu que quelque 80 personnes pourraient probablement travailler à la conception de la série d'animation, laquelle ferait revivre un célèbre personnage de la littérature fantastique jeunesse créé par Bryan Perro. Radio-Canada était prête à acheter les 26 premiers épisodes de cette série.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer