Étienne Boulay : «La première personne que j'aide, c'est moi»

L'ex-joueur de football Étienne Boulay a touché le coeur de... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

L'ex-joueur de football Étienne Boulay a touché le coeur de la soixantaine de personnes qui avaient pris la peine de se déplacer au Centre communautaire de Weedon pour entendre son histoire.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Weedon) Après avoir connu la gloire dans le monde du football, mené par son caractère excentrique, Étienne Boulay est tombé de haut lorsque sa carrière a pris fin abruptement en 2012. Vivant dans la dépression et l'enfer de la consommation de drogue et d'alcool, le Montréalais d'origine revient de loin. Avec sincérité, il a su toucher le coeur de la soixantaine de personnes qui avaient pris la peine de se déplacer au Centre communautaire de Weedon pour entendre son histoire.

Aux prises avec des problèmes de commotions cérébrales répétées et d'excentricité qui s'ajoutaient à des problèmes de consommation, l'ancien joueur de football professionnel a vécu un véritable enfer. Comme si ce n'était pas assez, il a été pris au piège d'une relation amoureuse très difficile avec la mère de son enfant, ce qui a conduit à un divorce catastrophique.

Tout cela mis ensemble a fait en sorte qu'en 2014, il a effectué une tentative de suicide qui a fait éclater au grand jour tous ses problèmes. Une période de sa vie qu'il raconte avec la gorge nouée par l'émotion.

Ça n'aura pas été facile et son parcours aura ressemblé à de véritables montagnes russes pour en arriver où il en est aujourd'hui. Par chance, Boulay est allé chercher de l'aide pour s'en sortir. Bien que ce soit une bataille de tous les instants, le triple vainqueur de la Coupe Grey retrouve tranquillement un équilibre dans sa vie.

Dans ce processus, il a remarqué que parler de son histoire à travers ses conférences lui faisait du bien. « Souvent lorsque je parle à certaines personnes, elles me disent que je dois grandement aider les gens. En réalité, la première personne que j'aide, c'est moi. En faisant ça, ça me rappelle d'où je viens et où je ne veux plus retourner. Ça m'aide à bien terminer mes journées », explique l'homme de 34 ans.

Cependant, même s'il déclare que ses conférences l'aident lui-même d'abord et avant tout, les répercussions qui en découlent vont bien au-delà de ce qu'il aurait pu s'imaginer. « Il y a des affaires vraiment incroyables qui m'arrivent. Plus je prends soin de moi, plus la vie me le redonne. Ça m'arrive de croiser des personnes sur la rue et elles me disent que ce que je raconte leur a donné un coup de pouce pour se reprendre en main. C'est tellement valorisant », avoue l'homme natif de Montréal.

C'est donc pour cette raison qu'il a accepté de venir à Weedon en pleine semaine pour parler de sa vie et de sa réalité.

En bout de ligne, sa route n'aura pas été facile, mais elle lui a appris une leçon bien importante pour s'en sortir. « Il faut apprendre à s'accepter comme on est. Je voudrais être un dur, mais je ne le suis pas. Il faut réaliser quelle personne nous sommes, et ce n'est pas facile. C'est d'ailleurs une chose que je devrai faire toute ma vie », croit-il.




À lire aussi

  • Les hauts et les bas d'Étienne Boulay

    Sports

    Les hauts et les bas d'Étienne Boulay

    L'ancien joueur des Alouettes de Montréal, Étienne Boulay, se livre sans détour dans une conférence qu'il prononcera jeudi soir, à l'auditorium de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer