Manque d'espace à la Source-Vive : Ascot Corner presse la CSRS d'agir

Flanquée du conseiller Éric Mageau, la mairesse d'Ascot... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Flanquée du conseiller Éric Mageau, la mairesse d'Ascot Corner, Nathalie Bresse, enjoint le Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke à trouver une solution au problème d'espace à l'École la Source-Vive.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(Ascot Corner) La municipalité d'Ascot Corner interpelle la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke afin de trouver une solution au manque d'espace à l'École la Source-Vive. Elle invite du même souffle les parents concernés à joindre sa voix à son appel.

« Il faut que ça bouge, prévient la mairesse Nathalie Bresse, en conférence de presse lundi. Lorsque l'on parle de 2020, c'est demain matin. Nous savons que pour un agrandissement, ça prendra au moins trois ans. Il n'y a rien qui se fait en claquant des doigts dans le domaine gouvernemental et municipal. Nous le savons que c'est long. [...] Dans ma tête, ça fait un moment qu'il est minuit moins cinq », note-t-elle.

Cette situation n'est pas près de s'améliorer puisque, selon les estimations actuelles, pas moins de 53 élèves qui s'ajouteront d'ici 2020. Toutefois, les parents des élèves concernés par une possible déportation ne sont pas au courant. « Les gens des secteurs concernées ne le savent pas encore que d'ici septembre 2018, leurs enfants pourraient se retrouver à Sherbrooke pour étudier. Le jour où ceux-ci seront mis au parfum de cette situation qui les guettent, il risque d'y avoir passablement de monde aux conférences de presse pour se manifester », estime la mairesse d'Ascot Corner.

L'École de la Source-Vive étant devenu trop petite pour accueillir le nombre croissant de ses élèves, la municipalité d'Ascot Corner a adopté une résolution a été déposée afin d'inciter la CSRS à faire une demande d'agrandissement pour l'établissement scolaire.

«Inacceptable »

Depuis quelques années, la population d'Ascot Corner a connu une hausse de 20 % de sa population, mais elle doit composer avec les mêmes locaux disponibles pour accueillir les élèves de son territoire. Toutefois, celle de Sherbrooke, qui connait une hausse de 9 %, verra trois nouvelles écoles primaires naître sur son territoire, soit dans les secteurs de Saint-Élie et de Rock Forest. « Pour nous, c'est totalement inacceptable de voir cela. C'est pour cette raison que la municipalité se mêle de ce dossier. Elle ne devrait pas avoir à le faire, mais l'enjeu est trop grand. C'est capital que nous soyons en mesure d'accueillir tous les élèves de chez nous », déplore le conseiller municipal Éric Mageau.

Dans le but de faire bouger les choses plus rapidement, la municipalité a fait appel au député de la région Ghislain Bolduc, qui s'est montré sensible à cette situation. La mairesse Nathalie Bresse se dit confiante de voir le dossier avancer rapidement. « J'ai vraiment confiance en M. Bolduc dès que la CSRS aura déposé la demande au ministère de l'Éducation. Par contre, tant et aussi longtemps qu'il n'y a pas de demande formulée, nous ne sommes pas en mesure de faire quelque chose», estime Mme Bresse.

La municipalité d'Ascot Corner juge qu'elle a été assez patiente dans ce dossier. Les discussions se sont amorcées en octobre dernier. Récemment, la CSRS a rejeté la proposition d'Ascot Corner, qui offrait les anciens locaux de la caisse populaire pour agrandir temporairement l'École de la Source-Vive. La municipalité a jusqu'à juin pour apporter d'autres propositions à la CSRS.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer