Le comité de vigie en santé magogois garde l'oeil ouvert

Le président du comité de vigie en santé... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le président du comité de vigie en santé de la région de Magog, Jean-Guy Gingras, et la vice-présidente de ce même comité, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, ont rencontré les journalistes lundi .

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le comité de vigie, mis en place pour s'assurer que la région de Magog conserve ses acquis en santé, continue à redouter un effritement des services au Centre de santé et des services sociaux de Memphrémagog. Il promet de talonner le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - CHUS afin que les services ne diminuent pas à l'hôpital de Magog.

« Avant, les employés du Centre de santé de Memphrémagog étaient fiers et de bonne humeur. Mais, présentement, je sens une détérioration de la situation. Il aurait été préférable d'améliorer les services plutôt que de niveler par le bas », a déclaré le président du comité de vigie, Jean-Guy Gingras, lors d'une conférence de presse tenue lundi.

M. Gingras a profité de l'occasion pour déplorer la décision du CIUSSS de l'Estrie - CHUS de réduire les heures d'ouverture de la cafétéria de l'hôpital de Magog, une mesure qui ne générerait que des économies négligeables.

« On n'est pas d'accord avec la fermeture de la cafétéria en matinée. Il aurait dû y avoir plus de consultation avant de décider une telle chose », lance le président du comité de vigie, affirmant dans la foulée que la mesure permet une économie de 22 $ par jour uniquement.

Jean-Guy Gingras souhaite également que des assurances soient offertes par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS en ce qui concerne l'utilisation des fonds provenant de la Fondation de l'hôpital de Memphrémagog. « Il faut que cette fondation puisse investir dans des services et des équipements qui restent à Magog. »

Vice-présidente du comité de vigie, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, laisse pour sa part entendre qu'il serait opportun de recréer une unité de soins de courte durée en gériatrie dans sa ville. « Nous croyons qu'il est plus facile de déplacer un ou deux spécialistes que tous les patients », a-t-elle mentionné.

Mme Hamm a par surcroît rappelé l'opposition de plusieurs municipalités du Québec au projet Optilab, qui se veut une démarche de centralisation touchant les laboratoires du réseau de la santé.

Rencontre en mai

Les citoyens de la région magogoise préoccupés par la question des soins de santé sont invités à participer à une rencontre d'information publique le 16 mai prochain, dès 18 h 30, à l'école secondaire de la Ruche. Des représentants du CIUSSS de l'Estrie, dont sa présidente-directrice générale, Patricia Gauthier, seront présents pour répondre aux questions.

Cette rencontre est importante aux yeux des membres du comité de vigie. « J'espère une mobilisation de la part de la population le 16 mai », admet d'ailleurs Vicki-May Hamm.

Notons que le comité de vigie a récemment rencontré Patricia Gauthier. La rencontre aurait été cordiale, mais la présidente-directrice générale et les représentants de la région magogoise n'ont fait qu'amorcer un dialogue. De nouveaux échanges seront donc nécessaires pour que le comité soit pleinement satisfait.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer