Les propriétaires d'habitations locatives contre la légalisation du pot

Le Regroupement des propriétaires d'habitations locatives (RPHL) s'élève contre... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Regroupement des propriétaires d'habitations locatives (RPHL) s'élève contre la légalisation du cannabis projetée par le gouvernement fédéral de Justin Trudeau.

L'organisme estime que le projet de loi autorisant la possession, la consommation et la production de cannabis constitue «un danger pour le parc locatif et la vie en logement».

Le gouvernement Trudeau ne semble pas prendre en considération les impacts de telles modifications dans les petites communautés que sont les immeubles résidentiels, constate Martin Messier, président du RPHL.

« De plus en plus, les locataires cherchent des milieux sans fumée : les effluves de marijuana constituent une nuisance encore bien plus grande qui est à l'origine de nombreuses plaintes, alors que le propriétaire a l'obligation de procurer la jouissance paisible des lieux à tous ses locataires!», s'insurge-t-il.

Le regroupement en a contre la possibilité de faire pousser des plants à l'intérieur, ce qui peut causer de sérieux dommages aux immeubles. Les propriétaires sont déjà aux prises avec des installations illégales dans leurs logements, amenant une forte consommation d'électricité, des modifications illégales et dangereuses aux installations électriques, causant aussi de l'humidité extrême à l'origine de moisissures et autres dégradations de l'immeuble, souligne-t-on.

« Rendre la culture légale ne fera certainement pas diminuer ces risques, au contraire, c'est très préoccupant, comment les assureurs vont-ils réagir?», exprime Martin Messier dans un communiqué de presse.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer