Pénurie de médecins à East Angus : « Nous entendons le cri des concitoyens»

Le 23 juin, 20 000 patients se sont retrouvés sans médecin lorsque la clinique... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(East Angus) Le 23 juin, 20 000 patients se sont retrouvés sans médecin lorsque la clinique médicale d'East Angus a dû fermer ses portes à la suite des départs à la retraite des omnipraticiens de l'endroit. Près de neuf mois plus tard, aucun développement n'a eu lieu et la mairesse Lyne Boulanger implore des avancements pour que ses citoyens retrouvent ce service essentiel au sein de la municipalité.

Lyne Boulanger... (Photo site web East Angus) - image 1.0

Agrandir

Lyne Boulanger

Photo site web East Angus

East Angus représentant pas moins de 17 pour cent de la population totale de la MRC, celle-ci croit que c'est une réalité qui est inconcevable. « Nous entendons le cri de nos concitoyens. Je ne comprends pas pourquoi une population comme celle d'East Angus n'a pas de médecins. Nous sommes d'ailleurs très patients, mais là, nous avons besoin de réponses afin de savoir quand nous pourrons compter sur des omnipraticiens et où ceux-ci pourront exercer leur métier. Nous avons beaucoup d'écoute de la part du CIUSSS de l'Estrie, mais nous n'avons pas de réelles réponses. Ça demeure frustrant », déclare Mme Boulanger.

La situation est d'autant plus déplorable puisque la fameuse clinique médicale qui a fermé ses portes serait en mesure d'accueillir pas moins de six médecins dès maintenant. Aucune modification ne devrait être réalisée pour les accueillir. « Ça fait déjà longtemps que la clinique est prête et en attente pour les recevoir. Cependant, ça ne semble pas correct pour eux. C'est ce que je ne comprends pas. C'est évident que nous devrons nous parler afin que l'on m'explique le pourquoi de la chose », raconte celle qui a pris la relève de Robert Roy, désormais préfet de la MRC du Haut-Saint-François.

En faisant l'une de ses plus hautes priorités, Mme Boulanger espère sincèrement pouvoir faire avancer les choses, car selon sa vision des choses, c'est un besoin plus que nécessaire dans une municipalité qui compte près de 4000 habitants.

« Sur notre territoire, nous avons trois écoles, une résidence pour personnes âgées, un centre d'hébergement CHSLD, un centre de la petite enfance, des milieux de garde familiale, des centres d'hébergement pour personnes vulnérables et même une soixantaine d'organismes notamment, mais pas de médecins. [...] À la municipalité, nous savons que nous aurons à nouveau des médecins un jour, mais à l'heure actuelle, c'est inconcevable qu'il n'y en ait pas. », estime la mairesse.

À la recherche de solutions, les dirigeants d'East Angus sont prêts à tout pour attirer quelques médecins sur son territoire. Des démarches pour attirer une clinique de médecine familiale avaient d'ailleurs été entamées, mais cela n'a toujours pas donné le résultat escompté. « Il se fait des discussions actuellement avec des entrepreneurs, mais tant qu'on n'a pas de confirmation qu'il y aura des médecins, c'est difficile d'aller de l'avant », avoue Mme Boulanger.

Dans l'optique de faire débloquer ce dossier, la mairesse d'East Angus rencontrera Carol Fillion, directeur général adjoint des programmes sociaux et de réadaptation au CIUSSS de l'Estrie, au courant du mois d'avril afin d'obtenir des réponses sur ce sujet.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer