Défilé de la Saint-Patrick : les familles affluent sur la ligne verte

Le soleil et la chaleur aidant, le défilé... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le soleil et la chaleur aidant, le défilé de la Saint-Patrick a été encore une fois très couru à Richmond dimanche.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Lupien
La Tribune

(Richmond) La météo était parfaite pour la tenue du traditionnel défilé de la Saint-Patrick à Richmond, dimanche. La foule était dense et les familles au rendez-vous sur le parcours de la ligne verte.

La famille Bernier assiste religieusement à cette procession, qui célèbre la fête des Irlandais. Cet anniversaire a pris un sens inattendu, puisque les membres de la famille ont découvert qu'ils étaient de descendance irlandaise.

« Nous venons de la région de Warwick et nous avons découvert, il y a quelques années, un grand-père d'origine irlandaise. Ce qui est cocasse c'est que je suis née un 17 mars, jour de la St-Patrick. De venir au défilé en famille et avec les amis est très important pour garder en mémoires nos origines », explique Cynthia Saucier, membre de la famille Bernier.

Pour Denise Bédard et son conjoint, le défilé est l'occasion de passer du temps à Richmond avec leurs nièces demeurant à Montréal. « C'est vraiment une tradition pour passer du temps en famille, avoir du plaisir et s'éclater », affirme Mme Bédard.

Personnifiant saint Patrick depuis dix ans, Albert Purcell marchait une fois de plus fièrement le long de la route verte. « Pour moi, c'est un honneur de devenir, l'instant du défilé, le saint patron des Irlandais. Je suis de la cinquième génération des Irlandais arrivés au Canada. La descendance est assurée avec mes deux enfants et huit petits-enfants » affirme celui qui se fait pousser la barbe depuis le début du mois de novembre uniquement pour l'occasion.

Afin de souligner son 140e anniversaire, la Société St-Patrick voulait mettre son temps et son argent davantage sur le défilé. « On a ratissé plus large cette année. Il y a plus de gens de l'extérieur qui se sont joints à nous. Par exemple, une compagnie de Sherbrooke s'est inscrite et une d'Acton Vale. Le défilé, ç'a toujours été notre bébé puisque c'est une occasion unique de découvrir les traditions de l'un des quatre peuples fondateurs de la région de Richmond », affirme Erika Lockwood.

Des habitués ont aussi tenu à faire partie de la fête. La fanfare Orphéon de Sherbrooke, avec sa dizaine de cuivres et de percussions, en était à sa sixième année. « Nous interprétions I'm looking over, tiré du spectacle de danse irlandais The Lord of the Dance », précise Michel Thériault, directeur.

Le Club 4 h de Richmond a quant à lui bonifié sa participation en accueillant des jeunes de Sawerville, Ormstown et Hatley dans son char allégorique.

Les célébrations se sont poursuivies à quelques endroits dans la municipalité de Richmond après le défilé. À la salle Sainte-Famille, une cinquantaine de personnes se sont dégourdi les jambes pendant l'après-midi de danse irlandaise organisé par Donald Dubuc et ses musiciens. Visiblement, toutes les générations étaient présentes sur le plancher de danse.

« Moi j'ai une petite racine acadienne et la musique traditionnelle vient la chatouiller. La plupart du temps, les musiciens qui participent aux évènements de danses traditionnelles viennent de la région. J'ai vécu mon premier contact avec ce genre de danse au Festival des traditions du monde de Sherbrooke, au pub irlandais », raconte Denise Desrosiers de Cookshire en ajoutant aimer voir que ces danses intéressent également les jeunes.

Au coin des rues Craig et Principale, l'Hôtel Grand Central accueillait aussi ceux qui désiraient étirer leur plaisir, avec un groupe de musiciens sur place, un feu de camp sur une terrasse bondée de gens et bien sûr la bière verte de circonstances.

La Société St-Patrick double son membership

Le soleil et la chaleur y étaient sûrement pour quelque chose dans le succès du 140e défilé de la Société St-Patrick ce dimanche.

« La température est vraiment extraordinaire. Dans le défilé, plus de 200 chevaux ont défilé. Aussi, le peu de commerces ou d'organismes qui ne participait pas habituellement, a fait partie du défilé. Certains attendaient de voir si la température était clémente avant de se décider. J'avoue que cette semaine, on était un peu down avec la tempête, la neige abondante et les vents », précise Erika Lockwood, présidente de la Société St-Patrick. 

La journée fut très occupée pour l'organisatrice qui comptabilisait les inscriptions des retardataires le matin, participait à la parade en après-midi, puis recevait les clients à l'hôtel Grand Central, dont elle est propriétaire, le soir. « C'est une réussite totale il faisait tellement beau! Nous avons eu un nombre record de chevaux et encore plus de gens occupaient le coin des rues. C'est une très belle année. »

Le mois de mars s'achève et il ne reste qu'un évènement pour clore les festivités de la St-Patrick à Richmond. « Lors du brunch de dimanche prochain à la Légion, on remettra des photos à tous ceux et celles qui ont participé au défilé», affirme Erika Lockwood.

Enfin, l'effort déployé par la Société St-Patrick pour augmenter le nombre de ses membres a porté ses fruits. Une des façons fut de collaborer avec le Centre d'art de Richmond qui offrait un rabais pour le spectacle du groupe irlandais The Kitchen Party à tous ceux qui présentaient leur carte de membre de la Société St-Patrick. 

« Ç'a fait boule de neige. Les gens n'étaient pas au courant que le membership était notre gagne-pain. Depuis qu'ils le savent, plusieurs familles ont adhéré à l'organisation. Nous sommes passées de 200 à 400 membres », se réjouit la présidente.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer