13,6 M$ en santé: «Nous pourrions agrandir ou aller en location»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La pression sur le réseau de la santé est fort élevée en Estrie depuis le début de l'année alors que des dizaines de lits supplémentaires sont ouverts dans les CHSLD et les hôpitaux. Pour soulager un peu cette pression, le ministère de la Santé et des Services sociaux vient d'accorder une aide financière de 13 654 990 $ à la région en vue de diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux.

Ce montant servira à la création de 206 places pour les personnes qui sont en attente de services en hébergement et à l'ajout de personnel en centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

L'Estrie recevra ainsi un montant de 11 857 390 $ pour la création de 160 places en soins de longue durée, 14 nouvelles places en réadaptation et convalescence et 32 nouvelles places en santé mentale.

Agrandissement des CHSLD?

La création d'autant de lits aux permis des différents établissements causera cependant un problème d'espaces physiques pour accueillir tous ces nouveaux patients. En effet, surtout dans les CHSLD, le taux d'occupation est de 100 % et il sera impossible d'ajouter davantage de lits dans les installations existantes.

Faudra-t-il donc investir dans le béton pour réussir à créer toutes ces places? « Nous allons faire un plan d'action d'ici la fin du mois de mars, que nous allons présenter au ministre de la Santé. Pour l'instant, je ne peux pas vous dire quelle forme ça va prendre, mais nous pourrions agrandir ou aller en location par exemple », explique Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Rappelons qu'un CHSLD de 96 lits sera construit en Haute-Yamaska, ce qui comprend 32 des 160 nouveaux lits en CHSLD annoncés aujourd'hui. Son annonce avait été faite en début d'année.

La première pelletée de terre d'une nouvelle salle d'urgence et du très attendu pavillon Enfant Soleil, mieux connu sous le nom de centre femme-jeunesse-famille, devrait aussi avoir lieu en 2018 au CHUS Fleurimont. On ne sait pas encore combien de lits seront ajoutés grâce à cette nouvelle installation.

Bonne nouvelle pour le réseau

La création de tous ces lits pour des soins de plus longue durée permettra au réseau de libérer les lits pour les soins aigus dans les centres hospitaliers de la région.

« Cette annonce est vraiment une très bonne nouvelle pour le réseau. Ça nous permettra de libérer des lits de courte durée qui doivent être utilisés pour des patients qui nécessitent des soins aigus et non pas par ceux qui requièrent des soins chroniques ou continus », fait savoir Mme Émond.

« Cela va aussi nous aider à enlever de la pression sur nos salles d'urgence en créant des lits pour recevoir rapidement les patients qui nécessitent une hospitalisation », ajoute la porte-parole.

Embauche de personnel

La création de plus de lits signifie évidemment qu'il faudra avoir plus de personnel pour prendre soin des patients. Ainsi, le ministre de la Santé a annoncé qu'une somme de 1 797 600 $ sera destinée à l'embauche de personnel.

« Cela représente environ 36 employés de plus, qui occuperont des postes de préposés aux bénéficiaires ou d'infirmières auxiliaires entre autres », précise la porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Rappelons qu'un investissement additionnel 65 M$ pour l'ajout de ces types de ressources dans l'ensemble du Québec avait été annoncé à l'issue du Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD, tenu en novembre dernier.

Les sommes allouées jeudi s'inscrivent directement dans l'investissement de 100 M$ annoncé le 7 décembre dernier dans le but de désengorger les urgences et diminuer le temps d'attente dans les hôpitaux du Québec.

Beaucoup de plaintes

Dans les dernières semaines, des plaintes provenant des membres du personnel et de proches de patients ont été entendues publiquement pour dénoncer le manque d'effectifs dans le réseau. Plusieurs syndicats ont aussi lancé des cris d'alarme pour expliquer que leurs conditions de travail étaient très difficiles.

Par exemple, des patients incapables de se mouvoir d'eux-mêmes n'ont pas pu être levés de leur lit au pavillon Argyll de Sherbrooke, faute de personnel pour les aider. Dans La Tribune, une infirmière a aussi dénoncé l'imposition d'heures obligatoires à répétition depuis plusieurs mois.

Illustration(s) :

La création de 206 lits dans les différents établissements de santé permettra de diminuer la pression qui perdure sur les salles d'urgence de la région.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer