Les employés du CIUSSS à Lac-Mégantic manifestent contre le stationnement payant

Une manifestation visant à s'opposer à la privatisation...

Agrandir

Une manifestation visant à s'opposer à la privatisation de la gestion du stationnement de l'hôpital de Lac-Mégantic a été tenue mercredi midi par les leaders syndicaux de la Fédération de la Santé et des Services sociaux, affiliée à la CSN, appuyée par une cinquantaine d'employés de cet établissement du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

Plus d'une cinquantaine d'employés de l'établissement du CSSS du Granit du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, à Lac-Mégantic, ont pris part mercredi midi à une manifestation organisée par leurs leaders syndicaux de la Fédération de la Santé et des Services sociaux, affiliée à la CSN.

Ils visaient ainsi à dénoncer la nouvelle gestion privatisée du stationnement de Lac-Mégantic, prévue pour le 1er avril prochain, qui fera en sorte que les employés devront dorénavant débourser 5 $ chaque paye (l'équivalent de 135 $ par année) pour se stationner. La clientèle aura, pour sa part, à débourser 3,75$ chaque automobile, par visite.

«Je suis très heureux que ce soit une initiative locale. Ce sont les travailleurs de Lac-Mégantic qui s'expriment contre l'imposition de ces nouvelles mesures. Ils veulent préserver leur milieu de vie et leur qualité de vie. En milieu rural comme ici, une auto est obligatoire pour venir travailler. C'est un non-sens que de leur imposer cette hausse de tarifs et cette nouvelle gestion du parc de stationnement», s'offusque Laurent-Paul Maheux, vice-président régional de la FSSS-CSN.

Historiquement, l'entretien du stationnement à Lac-Mégantic est assuré par les revenus des distributrices à café et autres denrées, à la cafétéria de l'établissement. «On croit que dorénavant, cela va revenir à ce que les usagers paient deux fois pour la même chose. Souvent, les gens viennent à l'urgence et attendent des heures, ils ne peuvent pas faire autrement que de se servir des distributrices et vont ainsi financer deux fois le stationnement», continue M. Maheux.

«On se vante d'une part de diminuer les impôts, mais d'autre part on vient chercher de l'argent dans les poches des gens. C'est une belle mobilisation, aujourd'hui. On invite aussi la population à signer une pétition sur le site www.secure.avaz.org.»

Pour sa part, Julie Bolduc, vice-présidente du conseil central Estrie de la FSSS-CSN, croit que «ce sont encore une fois les travailleurs qui vont payer. On veut que le CIUSSS de l'Estrie - CHUS recule pour ces mesures qui auront un grand impact sur tout le monde, les travailleurs et la clientèle. Il faut le crier haut et fort!»

«Et puis les employés du CSSS du Granit, ici, ont un salaire moyen de 40 000$. Un montant de 135$, c'est ce qu'ils ont gagné lors des dernières négociations. On vient le rechercher directement dans leurs poches. C'est inacceptable. Enfin, la population ne réalise pas encore ce qui se passe. On est loin de favoriser l'accès aux soins en imposant des frais de stationnement. Il faudra payer un surveillant de ce stationnement, pour s'assurer que tous ont payé. Il faut environ 12 500$ pour l'entretien du stationnement par année, cela va coûter doublement plus cher.»

Devant un arbitre

La direction du CIUSSS de l'Estrie et la CSN se retrouveront d'ailleurs devant un arbitre pour débattre du litige de l'impartition de la gestion des stationnements des établissements de santé.

Le greffe des affaires sociales a nommé l'arbitre en chef Me François Hamelin pour entendre les réclamations du syndicat dans le débat qui l'oppose au CIUSSS de l'Estrie - CHUS sur la question.

La CSN accueille favorablement cette nomination.

«C'est une très bonne nouvelle que l'arbitre en chef décide d'entendre les parties sur la demande de sauvegarde pour surseoir à l'attribution du contrat», lance Laurent-Paul Maheux.

«C'est dans le meilleur intérêt de la population de même que des travailleuses et des travailleurs du CIUSSS.»

Rappelons que la CSN souhaitait présenter une alternative publique à la décision du CIUSSS de l'Estrie-CHUS d'impartir au privé la gestion de sa centaine de parcs de stationnement. Or, pour une question de mésentente par rapport aux délais, le processus a pris fin. Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS avait décidé d'aller de l'avant avec l'étude des réponses à son appel d'offres.

La direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS souhaite impartir la gestion de son parc de 115 stationnements. Un appel d'offres a été publié en ce sens en février dernier. 

Avec Claude Plante




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer