Les opposants au projet Divertigo restent inflexibles

Plusieurs citoyens ont émis des critiques à l'égard... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Plusieurs citoyens ont émis des critiques à l'égard du projet Divertigo lors de la soirée d'information tenue jeudi à l'hôtel de ville de Magog. Sur la photo, on aperçoit le promoteur Marco Patry en compagnie de la mairesse Vicki-May Hamm.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Devant une salle bondée à l'hôtel de ville de Magog, le promoteur Marco Patry a enfin présenté son projet de parc d'hébertisme aérien jeudi soir. Les informations qu'il a transmises au public au sujet de Divertigo pouvaient parfois paraître rassurantes, mais personne parmi le groupe d'opposants n'a semblé vouloir revoir sa position.

Plusieurs des personnes qui se sont avancées au micro ont affirmé que le projet Divertigo est intéressant, voire excitant. Toutefois, les citoyens qui ont pris la parole, parmi lesquels le chanteur Vincent Vallières, ont tour à tour formulé des critiques à l'égard du projet et de la Ville de Magog. Ils ont pour la plupart affirmé que le site retenu pour sa réalisation, en l'occurrence la plage des Cantons, n'était pas le bon, principalement en raison de la présence à proximité de nombreuses résidences

Dans un premier temps. le promoteur avait offert des détails concernant la teneur de sa proposition. Il a notamment indiqué que d'autres parcs d'hébertisme aérien existent en milieu urbain au Québec. « On serait les troisièmes avec un concept de ce genre », a-t-il pris soin de souligner.

Marco Patry a également révélé que la hauteur des installations planifiées serait uniquement de 12,5 mètres alors qu'il était question d'une structure de 18 m au départ.

Et ce n'est pas tout, car il a réussi à démontrer que l'empreinte au sol des constructions prévues serait nettement inférieure à celle du labyrinthe, un attrait récréotouristique existant à la plage des Cantons depuis quelques décennies, mais qui est appelé à disparaître.

En ce qui concerne le bruit qui pourrait être causé par la clientèle, il a admis qu'il est difficile d'évaluer son importance. « On serait probablement entre 60 et 64 décibels, ce qui est tout à fait raisonnable », a-t-il déclaré.

Des réponses

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm a évité de dévoiler si elle était favorable ou pas au projet. Mais elle a fourni plusieurs réponses aux citoyens présents à la rencontre d'information tenue jeudi.

En outre, Mme Hamm a fait valoir que les modules de jeux « seraient bien positionnés » sur le terrain de la plage des Cantons. « Les percées visuelles ne seraient pas touchées », a-t-elle affirmé.

N'habitant pas le secteur de la plage des Cantons, le citoyen François Théroux a pour sa part soutenu que la Ville ne se dirige pas dans le bon sens en voulant permettre le développement à proximité du lac Memphrémagog, où de nombreux terrains ont été achetés au fil des décennies par la municipalité. « Veut-on faire de Magog un Old Orchard? », a-t-il demandé.

Les membres du conseil municipal de Magog rediscuteront entre eux du projet, évalué à 750 000 $, et devraient annoncer leur décision à court terme.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer