Le contrat n'empêche pas le projet Divertigo, assure Hamm

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, assure qu'un... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, assure qu'un vieux contrat prévoyant la cession d'un terrain à la Ville de Magog par Gérard Southière ne contient aucune information susceptible d'empêcher la réalisation du projet Divertigo.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Un vieux contrat prévoyant la cession d'un terrain à la Ville de Magog par Gérard Southière contiendrait-il des informations susceptibles d'empêcher la réalisation du projet Divertigo, présenté par le promoteur Marco Patry? À cette question, la mairesse répond clairement non.

Invitée par des citoyens à lire attentivement le contrat signé en 1961, la Ville de Magog a pris le temps de bien étudier le document. Et son verdict paraît sans appel.

« Les terrains qui ont permis la création de la plage Southière n'ont pas tous été cédés par M. Southière. On a vérifié et on s'est aperçu que les jeux aériens de Divertigo ne seraient pas construits sur la portion de terrain que nous avait donnée ce monsieur », révèle la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Mme Hamm enchaîne en soulignant qu'aucune condition d'utilisation n'est rattachée à la portion de terrain où les jeux seraient installés. « Oui, des conditions avaient été fixées par M. Southière pour l'espace qu'il nous offrait, mais pas pour l'autre partie de la plage », précise la mairesse de Magog.

Aux yeux de la mairesse, la question du contrat entre la Ville et Gérard Southière est donc une affaire classée. « C'est réglé pour moi. D'ailleurs, nous avons aussi vérifié nos règlements et nous sommes convaincus que le projet Divertigo les respecterait. »

Un dialogue constructif

Vicki-May Hamm est toutefois consciente que d'autres irritants demeurent et espère qu'un dialogue constructif s'engagera avec les personnes qui ont des inquiétudes relativement au projet du promoteur Marco Patry.

« Je pense que plusieurs des personnes qui ont peur du projet ont été effrayées par des images qui ne correspondaient pas à ce que projette M. Patry. Par exemple, il n'y aura pas de nombreuses tyroliennes. Ça ne sera pas une installation d'une si grande envergure, vous savez », explique-t-elle.

La mairesse note finalement que, selon elle, la majorité des élus du conseil municipal sont favorables à ce qui est proposé. Mais elle se montre prudente lorsqu'on lui demande de prédire l'issue du dossier.

Notons en terminant qu'une rencontre d'information concernant ce projet aura lieu jeudi, à compter de 19 h 30, à l'hôtel de ville de Magog. Le promoteur sera présent pour fournir des explications.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer