Une campagne pour aider le rescapé des Rocheuses

Les amis de Stéphane Boisvert tentent de lui... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Les amis de Stéphane Boisvert tentent de lui venir en aide par une campagne de financement.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Des amis de Stéphane Boisvert, cet éducateur physique rescapé après six jours en solitaire dans les Rocheuses, ont lancé une campagne de financement afin de lui venir en aide pendant sa convalescence. Celle-ci s'annonce particulièrement longue et difficile.

« On ne sait pas encore pour combien de temps il en aura, mais en attendant, il ne peut pas travailler et il n'avait pas une tâche complète à la Commission scolaire des Bois-Francs. Cet argent servira aussi à couvrir les dépenses encourues par sa famille, qui s'est rendue à son chevet, et à couvrir les soins médicaux », explique Christian Rayes.

Un peu plus d'une semaine après avoir été sauvé du froid et de la famine par le Golden and District Search and Rescue, l'homme de 36 ans ne sait toujours pas s'il pourra retrouver le plein usage de ses pieds. Il s'agit d'une période d'incertitude difficile à vivre psychologiquement pour le jeune homme qui carbure à l'aventure.

« Son moral n'est pas très bon. Il a vécu un stress d'une ampleur difficile à imaginer. Il a passé six nuits à souffrir et il y a maintenant des possibilités qu'il soit amputé », continue l'ami de la victime.

Des voyages humanitaires

L'objectif de la campagne de financement publiée sur le site de sociofinancement Gofundme.com a été fixé à 15 000 $. Au moment d'écrire ces lignes, on avait été en mesure d'amasser un peu plus de 5000 $. Stéphane Boisvert a annoncé que les sommes non utilisées seront versées à un organisme à but non lucratif de la région.

Christian Rayes perçoit ces dons comme un retour d'ascenseur à un amoureux de la vie qui n'a pas hésité par le passé à laisser tout derrière pour aider son prochain. À deux reprises, M. Boisvert a pris des congés sans solde afin de se rendre en Afrique pour participer à des missions humanitaires.

« C'est fondamentalement une bonne personne, il a le coeur à la bonne place. C'est triste ce qui lui arrive et je suis content de voir que les gens l'aident », continue M. Rayes.

Rappelons que Stéphane Boisvert a vu sa journée de planche à neige à la station Kicking Horse Mountain, située en Colombie-Britannique, se transformer en véritable cauchemar le matin du 29 janvier lorsqu'il a choisi de suivre un trajet en dehors des sentiers balisés. Il s'est vite rendu compte qu'il était perdu, sans pouvoir revenir sur ses pas.

Il a survécu pendant sept jours et six nuits en forêt avec l'unique repas préparé pour sa journée de planche à neige et l'eau d'un ruisseau près duquel il s'est fabriqué un petit abri de fortune.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer