Perdu dans les Rocheuses, un enseignant a cru mourir

Stéphane Boisvert a été secouru après avoir passé... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Stéphane Boisvert a été secouru après avoir passé sept jours à tenter de retrouver son chemin dans les Rocheuses.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) L'enseignant en éducation physique victoriavillois Stéphane Boisvert a bien cru que ses jours étaient terminés. Perdu dans les montagnes de Golden, en Colombie-Britannique, il a finalement été secouru, samedi, après sept longues journées passées dans des conditions hivernales.

Comme il lui arrive régulièrement, M. Boisvert voyageait en solitaire, à la recherche de nouvelles expériences. Le 29 janvier, alors qu'il dévalait une pente du Kicking Horse Mountain Resort, à 100 km environ de Lake Louise, le planchiste a choisi de suivre des traces de planche à neige qui se continuaient à l'extérieur du sentier balisé, derrière un mince câble rouge.

Il croyait d'abord que ces traces le mèneraient ailleurs sur la surface développée de la montagne, mais les pistes se sont finalement estompées et il était trop tard pour rebrousser chemin. Il a donc choisi de poursuivre son chemin jusqu'à ce qu'il trouve un ruisseau. Il a longé le cours d'eau pendant plusieurs jours, s'abreuvant à même le ruisseau et rationnant les vivres qu'il avait apportés avec lui. Chaque nuit, il se construisait un abri afin de se protéger des températures qui ont atteint régulièrement les - 20 degrés Celsius.

Malgré ses efforts, il n'a jamais été en mesure de retrouver la civilisation. Le septième jour, il a fait une chute dans une crevasse et s'est mouillé les pieds. La marche devenant trop difficile, il a choisi de demeurer au même endroit, voyant ses espoirs d'un jour être secouru diminuer rapidement.

Sauvé par sa voiture

Constatant que la voiture du Victoriavillois n'avait pas bougé depuis plusieurs jours, des employés de la station de ski ont alerté les autorités au cours de la journée de vendredi. Le Golden and District Search and Rescue s'est mis à sa recherche le lendemain au lever du jour et a réussi à le localiser, seulement une vingtaine de minutes après le décollage.

Stéphane Boisvert se trouvait alors à 8 km de la station de ski, il était frigorifié et désorienté. Il a été amené d'urgence à l'hôpital de Calgary afin d'y soigner des engelures aux pieds. On a d'abord craint l'amputation, mais les nouvelles sont bonnes à son sujet.

« Ses examens indiquaient que ses os étaient vivants jusqu'aux orteils. Maintenant, dans les prochains mois on va savoir la gravité des conséquences. Il devra traverser plusieurs mois de réhabilitation. Le travail n'est pas fini pour lui », affirme la soeur de la victime, Mélanie.

Cette dernière a été mise au courant de la disparition de son frère tard vendredi soir. Une amie d'Edmonton, chez qui il devait se rendre, s'était inquiétée qu'il n'ait pas donné signe de vie.

« Je savais que ça faisait six jours et que ses chances de survie étaient minces. J'ai tout essayé afin de trouver des indices, de savoir où il pouvait se trouver. Ça a été des moments difficiles. Je me suis mise à pleurer quand j'ai su qu'ils l'avaient retrouvé », raconte la jeune femme.

Stéphane Boisvert, qui a eu 36 ans mercredi, devait célébrer son anniversaire en compagnie de ses proches ce week-end, mais c'est plutôt de son lit d'hôpital albertain qu'il l'a vécu. Sa convalescence est prévue pour une période de trois à six mois, il est fort probable qu'il soit transféré au Québec en cours de processus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer