Un agriculteur fermera la porte aux motoneigistes

Jonathan Blais pose devant les barrières qu'il fermera... (Photo fournie, Jonathan Blais)

Agrandir

Jonathan Blais pose devant les barrières qu'il fermera aux motoneigistes à compter du 1er février.

Photo fournie, Jonathan Blais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(La Patrie) Dans le cadre du conflit qui oppose les agriculteurs au ministère de l'Agriculture, M. Jonathan Blais, producteur de sirop d'érable, entend fermer les sentiers de motoneiges qui passent sur sa terre à compter du 1er février, et ce, quoi qu'il advienne.

Joint par La Tribune, le producteur laisse entendre qu'il n'attendra pas le 6 février, nouvelle date choisie par l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour fermer ses sentiers aux motoneigistes. « Pour ma part, il n'est pas question de respecter la date de l'UPA et je vais plutôt prendre la première qui avait été annoncée, soit le 1er février. Je ne veux pas que les tactiques libérales nous endorment », raconte M. Blais, administrateur de la région de Hampden, Scotstown, Chartierville, La Patrie pour l'UPA.

M. Blais estime à 40 pour cent la hausse que lui imposerait la réforme des taxes foncières proposée par Québec.

Cette décision de la part de M. Blais survient après l'annonce de l'assermentation de Laurent Lessard au titre de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation à la suite de l'exclusion du caucus libéral de Pierre Paradis en raison d'une plainte pour inconduite sexuelle.

« Avec l'arrivée de M. Lessard, ancien maire de Thetford Mines, nous avons bien peur qu'il tente d'endormir notre président Marcel Groleau, qui est lui-même un résident de Thetford Mines. On ne veut pas que l'UPA plie les genoux », s'inquiète le producteur de sirop d'érable.

De son côté, par l'entremise d'un communiqué, l'UPA a en effet déclaré être favorable à la nomination de Laurent Lessard à ce titre.

« Au-delà des circonstances, c'est une bonne nouvelle. M. Lessard connaît bien les dossiers agricoles, ayant occupé les fonctions de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation de 2007 à 2009 et de 2010 à 2011. Cela facilitera grandement les échanges dans un contexte ou des décisions importantes doivent être prises rapidement, au premier chef, le dossier des taxes foncières agricoles », a déclaré le président général de l'UPA, Marcel Groleau.

Si la vision de M. Blais diffère de celle du président de l'UPA, l'objectif derrière ses moyens de pression accentués demeure le même, soit le report d'un an de la réforme des taxes foncières proposée par Québec.

« C'est l'une des seules requêtes qu'on fait le report d'un an de cette réforme. On aimerait également former une table de concertation avec les acteurs concernés, soit les municipalités et les agriculteurs, ce qui n'avait pas été possible sous l'ère Paradis », note M. Blais.

Selon lui, il croit que ce n'est que c'est dans la suite logique que d'accepter cette requête. « Pour ce que j'apporte à ma région en laissant passer les motoneiges sur mes terres et les bénéfices que ça permet, je n'ai jamais rien demandé en retour. Et là le gouvernement vient me remercier avec une hausse des taxes de 30 à 40 %? C'est inacceptable pour moi », tranche le résidant de La Patrie.

De son côté, l'UPA communiquera avec M. Lessard dans les plus brefs délais afin de faire avancer ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer