Le Carrefour santé globale de Magog cherche des médecins

Gilles Bélanger : « J'ai demandé de l'information... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Gilles Bélanger : « J'ai demandé de l'information pour savoir comment on réussit à créer une superclinique et j'en suis arrivé à la conclusion que c'est aux professionnels de la santé de regarder la possibilité d'en démarrer une à Magog. »

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Le projet d'agrandissement que mijotent les dirigeants du Carrefour santé globale est-il le prélude à la naissance d'une superclinique médicale à Magog ? Il ne faut pas l'exclure, mais l'homme d'affaires Gilles Bélanger affirme que ce sont les médecins qui auront le dernier mot.

Contacté par La Tribune lundi, Gilles Bélanger n'a pas nié qu'il discute avec des médecins depuis quelque temps. Il espère qu'une clinique ou une superclinique médicale s'installera à l'intérieur des éventuels nouveaux locaux qui seront construits au Carrefour santé globale.

« Vous me posez la question et je ne nie pas que je discute avec des médecins », a révélé M. Bélanger, qui multiplie les projets immobiliers à Magog depuis quelques années.

L'homme d'affaires a toutefois été on ne peut plus clair sur un point : il n'aura pas le dernier mot dans ce dossier. « J'ai demandé de l'information pour savoir comment on réussit à créer une superclinique et j'en suis arrivé à la conclusion que c'est aux professionnels de la santé de regarder la possibilité d'en démarrer une à Magog. Ce n'est pas à moi de décider ça tout seul. Je n'ai pas les compétences nécessaires », a-t-il insisté.

Si l'agrandissement que prévoit M. Bélanger et ses partenaires d'affaires se concrétise, le Carrefour santé globale s'agrandira de 3000 mètres carrés.

« Je veux que notre projet d'agrandissement permette l'implantation d'une superclinique au Carrefour. Et, s'il n'y a pas de superclinique qui est créée à Magog, nos futurs locaux seraient en mesure d'accueillir des services de santé d'importance. »

M. Bélanger note que plusieurs professionnels de la santé, chiropraticiens, kinésiologues et psychologue notamment, possèdent un bureau au Carrefour santé globale. « On a une belle diversité, je trouve. Moi, mon objectif est de faire naître un quartier de la santé. La population de Magog est vieillissante et il y a aussi de petites familles ici. Des besoins existent, c'est clair », soutient-il.

Pas une priorité

Afin de savoir si la naissance d'une superclinique à Magog est probable, le député d'Orford, Pierre Reid, s'est efforcé d'obtenir des informations en provenance du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Il a ainsi appris que le ministère n'envisageait pas la création d'une telle organisation à Magog.

« Le Ministère n'a pas de plan pour la création d'une superclinique ici à court ou à moyen terme, indique M. Reid. Entre autres, le ministère de la Santé constate que l'urgence à Magog est assez désengorgée de façon générale. Donc, le besoin ne serait pas vraiment là. »

Notons en terminant qu'il existe déjà une clinique médicale entièrement privée au Carrefour santé globale. Celle-ci se concentrera uniquement sur les services « non assurés », advenant qu'une nouvelle clinique s'installe dans le futur agrandissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer