Un grand vide à la caserne d'East Angus

Le pompier Patrick Bégin a perdu son combat... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Le pompier Patrick Bégin a perdu son combat de trois ans contre le cancer à l'âge de 34 ans.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(East Angus) Les pompiers d'East Angus ont rendu un ultime hommage à leur collègue Patrick Bégin, qui a perdu son combat de trois ans contre le cancer à l'âge de 34 ans.

Bon vivant, heureux, travaillant et disponible sont les qualités qui sont revenues à chaque reprise dans les différents témoignages accordés à La Tribune par ses amis et ses collègues. « C'était quelqu'un sur qui on pouvait se fier. Patrick était un homme très professionnel et on pouvait toujours compter sur ses qualités lors des interventions. Quand on est à la caserne, on devient des amis », raconte le pompier Dominic Blais, qui connaissait M. Bégin depuis que celui-ci était arrivé à la Régie intermunicipale d'East Angus.

Ayant hérité de la ferme parentale, il était avant tout un fermier, mais sa passion pour la vie de pompier faisait en sorte qu'il était un homme dévoué à cette deuxième carrière. Ami avec celui-ci depuis plus d'une douzaine d'années, Jonathan Roy a replongé dans ses souvenirs pour témoigner de l'excellence de cet homme parti beaucoup trop tôt.

« C'était un très bon vivant. Il y a plusieurs années de ça, nous avions démarré un club automobile ensemble. On aimait se réunir et avoir du plaisir sur le terrain de sa ferme. De plus, on faisait même des parties de paintball de nuit sur son terrain parfois. Avec lui, on ne pouvait pas être de mauvaise humeur », se remémore M. Roy.

Des propos qui rejoignent ceux du lieutenant Vincent Pilette, également un collègue de M. Bégin à la caserne d'East Angus. « Je le connaissais depuis longtemps et je dois dire que c'était une personne qui était toujours prête à aider tout le monde avec le sourire. À la caserne, Patrick était très travaillant et toujours le premier à vouloir faire quelque chose pour se rendre utile. La vie de pompier, il adorait ça au maximum », estime-t-il.

Évidemment, cette perte laissera un grand vide au sein de la famille très unie des pompiers d'East Angus.

« Pour nous, il s'agit d'une très grande perte. Au sein d'un service à temps partiel comme le nôtre, ça devient une famille et nous nous considérons tous comme des frères. De plus, Patrick était un homme très impliqué dans l'Association des pompiers, il en avait même été le président pendant deux ans. C'était bien plus qu'un collègue de travail », ajoute M. Blais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer