Réadaptation intensive en santé mentale

Les propriétaires de la RI Saint-Charles, Cindy Gouin,... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Les propriétaires de la RI Saint-Charles, Cindy Gouin, Chantal Letendre et Julie Dubé, en compagnie de l'infirmier Steve Sawyer, du Dr Luc Gilbert et de Michel Germain, chef de service au CIUSS MCQ.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a inauguré, lundi, une nouvelle ressource de traitement et de réadaptation intensive sur la propriété de la Ressource intermédiaire Saint-Charles de Drummondville.

Pouvant accueillir huit patients à la fois, ce nouveau service prodiguera des soins pointus pour une période variant entre trois et neuf mois afin de permettre aux bénéficiaires de réintégrer rapidement la vie en communauté.

« Ce que l'on souhaite d'abord et avant tout, c'est de permettre à nos usagers de se rétablir, de développer leur autonomie et de bâtir de nouveaux liens. Nous croyons que la mise en place d'un tel modèle favorisera la création de projets pour plusieurs personnes », affirme avec enthousiasme André Sauvé, directeur adjoint aux services spécialisés en santé mentale du CIUSSS MCQ.

Afin d'accueillir ces nouveaux pensionnaires, les propriétaires de la Ressource intermédiaire Saint-Charles, Julie Dubé, Chantal Letendre et Cindy Gouin ont dû agrandir leurs installations du Cours du Chevreuil, un investissement de tout près d'un million $. On y a fait construire un nouveau bâtiment détaché de l'ancien. L'endroit comporte un grand salon et des chambres réparties sur deux étages.

La Ressource compte déjà 22 usagers présentant des troubles de santé mentale, ce qui lui confère une expertise en la matière. On y offrira le gîte, le couvert, les services de soutien et de surveillance requis, sous la supervision du CIUSSS.

Le personnel de la RI Saint-Charles sera épaulé par une équipe pluridisciplinaire composée notamment de psychoéducateurs, d'infirmières, de préposés aux bénéficiaires, de travailleurs sociaux et d'un psychiatre.

« Les usagers pourront accéder à des services mieux adaptés à leur condition due à cette visée de rétablissement dans la communauté. L'accompagnement se fera réellement dans une approche de milieu de vie. L'usager se sentira chez lui et vivra des situations courantes qui le prépareront à vivre dans la communauté », soutient Steve Sawyer, infirmier clinicien.

Une première au Québec

C'est la première fois qu'une telle ressource est aménagée au Québec. Elle servira de tremplin pour des gens ayant vécu un épisode aigu de troubles mentaux et nécessitant des traitements et une réadaptation n'étant pas offerts dans les hôpitaux ou en centres de soins de longue durée.

« Auparavant, les patients étaient maintenus sur des lits d'hôpitaux pendant quelques jours ou semaines ou étaient transférés à l'hôpital de soins longues durées de Shawinigan ; il n'y avait pas de service pour les personnes nécessitant des traitements entre trois et neuf mois », explique M. Sauvé, précisant que le projet s'autofinançait.

Le CIUSSS a lancé un appel d'offres afin d'aménager une ressource du même type à Shawinigan au cours des dernières semaines, mais il n'a pas été concluant. On aimerait également en ajouter à Victoriaville et Trois-Rivières dans un avenir rapproché. On s'attend à ce que 25 patients transitent par la ressource annuellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer