Les salles d'urgence de la région débordent

Les salles d'urgence de la région débordent. La situation est principalement... (Spectre média, Frédéric Côté)

Agrandir

Spectre média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les salles d'urgence de la région débordent. La situation est principalement alarmante au Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog qui a atteint 200% de capacité d'occupation au cours des derniers jours, ainsi qu'à l'hôpital Fleurimont du CHUS.

Les salles d'urgence de la région fonctionnent à... (Spectre média, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Les salles d'urgence de la région fonctionnent à plein régime ces jours-ci, comme ici à l'Hôtel-Dieu où une cinquantaine de patients ont été sur civière lundi sur une capacité de 44.

Spectre média, Frédéric Côté

Lundi, jusqu'à 17 patients étaient couchés sur civière à Magog, dans une salle d'urgence qui peut en accueillir sept.

«La situation est sécuritaire pour nos patients et le personnel, mais c'est une situation précaire», fait savoir Lyne Cardinal, directrice des services généraux au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CIUSSS de l'Estrie-CHUS).

«Au cours de la fin de semaine, nous avons même dû faire des détournement d'ambulance parce que l'hôpital de Magog ne pouvait plus recevoir de patients», ajoute-t-elle.

Lundi, près d'une cinquantaine de patients ont été couchés sur civière à l'urgence de Fleurimont, qui en compte 28.

La situation était un peu moins problématique à l'Hôtel-Dieu avec en moyenne 50 patients sur une capacité de 44.

Les centres de santé et de services sociaux de la MRC-de-Coaticook et du Granit connaissent cependant des journées plutôt calmes, comme tout l'Hôpital CLSC et centre d'hébergement d'Asbestos.

Une équipe du CIUSSS de l'Estrie-CHUS suit la situation d'heure en heure et travaille en étroite collaboration avec le personnel médical pour tout évaluer.

«Nous voulons donner les bons soins au bon moment à la bonne personne et avec le bon personnel médical», ajoute-t-elle.

Et qu'est-ce qui a causé ces débordements soudains alors que le temps des Fêtes s'était plutôt bien passé?

«Il y a un ensemble de facteurs. Il y a la période des Fêtes et sa grande promiscuité. La grippe peut incuber de 48 à 72 heures avant de voir apparaître les premiers symptômes. L'indice de la grippe est à la hausse en ce moment. Il y a aussi le facteur température, avec le chaud et le froid, ça occasionne plusieurs fractures», illustre Lyne Cardinal.

Un mot d'ordre, toujours le même, demeure: évitez l'urgence si votre situation n'est pas urgente. Il existe plusieurs autres voies pour obtenir de l'aide: les médecins de famille, les pharmaciens, le service Info-Santé, le service Urgence Détresse... Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a préparé un guide simplifié permettant aux personnes infectées (gastro-entérite, grippe ou autres) de savoir comment se soigner ou à quels services s'adresser pour recevoir les soins appropriés à leur état de santé. Le guide est disponible sur Internet à l'adresse santeestrie.qc.ca/tempsdesfetes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer