«Rouler entre Noël et le jour de l'An, c'est rare»

Plusieurs motoneigistes ont pu circuler sur les sentiers... (Archives La Tribune)

Agrandir

Plusieurs motoneigistes ont pu circuler sur les sentiers de l'Estrie dans la région entre Noël et le jour de l'An, mais il faut quand même se méfier des endroits encore non gelés.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Rouler en motoneige entre Noël et le jour de l'An, c'est rare. Il y a des années qu'on n'a pas vu ça. »

La saison de motoneige s'annonce prometteuse pour les amateurs estriens. Ils ont été nombreux à circuler sur les sentiers au cours des derniers jours. « Les motoneigistes n'ont pas été obligés d'aller rouler à l'extérieur comme dans les années passées », fait remarquer Daniel Beaudette, président du Club de Motoneige Harfang de l'Estrie.

« Ils ont pu le faire dans nos sentiers locaux. En plus nous sommes ouverts au complet. Nous avons 210 kilomètres de sentiers. »

Mais s'il le pouvait, M. Beaudette décréterait une semaine de froid et une autre bordée de neige. Il mentionne qu'à certains endroits l'eau remonte à la surface.

« Heureusement, nos sentiers ne traversent pas de lac ni de grosses rivières, mais les fossés ne sont pas tous gelés », dit-il à La Tribune.

« Le surfaceur a circulé sur les sentiers, mais à des endroits il y a de l'eau. Il faudrait du froid. Heureusement, on attend du froid à la fin de la semaine. »

« On a calé »

Le motoneigiste Stéphane Arsenault a pu constater que certaines portions des sentiers ne sont pas toutes encore adéquates. La veille du jour de l'An, il s'est enlisé dans un sentier situé non loin du lac Brompton, sur le territoire de Saint-Denis-de-Brompton.

« J'étais avec ma conjointe et on circulait dans un marais. D'un coup, on a calé », raconte ce résidant de Saint-François-Xavier-de-Brompton.

« On avait vu du ruissellement en circulant sur les sentiers durant la journée, mais on ne pensait pas que ça aurait défoncé comme ça. »

Un appel au 911 a fait déplacer les pompiers de Saint-Denis sur place. « Je commençais à paniquer un peu. Nous étions avec une grosse motoneige très pesante. On était proche de l'hypothermie », ajoute M. Arsenault.

« Le pire, c'est que ce n'était pas balisé même si nous étions les troisièmes à se prendre là dans la journée. »

Sur le site web du club de motoneigistes, on signale aux membres de prendre garde aux dangers qui peuvent se présenter sur les sentiers. Le temps doux des derniers jours n'a pas aidé à faire geler l'eau qui se cache sous la neige, souligne-t-on.

On demande aux motoneigistes de rapporter les problèmes rencontrés lors des randonnées.

East Angus

Daniel Beaudette mentionne par ailleurs que les cartes de membre se vendent bien. La saison dernière, son club comptait 746 membres et ce nombre devrait être dépassé bientôt.

D'autres secteurs de l'Estrie ont des conditions encore meilleures que celles offertes dans la région de Sherbrooke. Le secteur d'East Angus offre plus de neige encore, dit-il. « Quand il a plu dans le temps de Noël, il a neigé dans le secteur d'East Angus », explique-t-il.

« Plusieurs se rendent là et partent ensuite vers Thetford Mines. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer