Illuminé, beau temps, mauvais temps

Les maisons d'époque du Village québécois d'antan se... (Photo fournie)

Agrandir

Les maisons d'époque du Village québécois d'antan se parent de plus de 25 000 lumières pour la période des Fêtes.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Le Village québécois d'antan ne l'a pas eu facile au cours de la dernière semaine, le verglas de lundi et la tempête annoncée pour la nuit de jeudi à vendredi ont fait fuir nombre de visiteurs. Malgré tout, le populaire attrait touristique s'attend à dépasser les résultats obtenus par son Village illuminé de Noël dernier.

Au cours des 15 soirées s'échelonnant de la... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Au cours des 15 soirées s'échelonnant de la mi-décembre jusqu'au 3 janvier, l'attrait drummondvillois offre 45 activités intérieures et extérieures. Sur les différents sites, des comédiens accueillent chaleureusement les visiteurs et leur font un brin de jasette.

Photo fournie

« Deux journées de tempête entre Noël et le Jour de l'An, c'est catastrophique pour nous. Ça représente environ 2000 personnes de moins par soir et des répercussions sur le lendemain. Malgré tout, on est en avance sur l'an dernier », témoigne le directeur général du Village, Éric Verreault.

On évalue à environ 12 000 le nombre de personnes à avoir franchi les tourniquets au cours des dix premières soirées du village de Noël. L'an passé, tout près de 15 000 visiteurs avaient répondu présents. On explique ces succès par le fait que de plus en plus de gens choisissent l'attraction drummondvilloise pour tenir leurs rassemblements familiaux et leurs partys d'entreprises.

« Malgré le mauvais temps, il n'y a pas eu beaucoup d'annulations pour les visites-repas. C'est signe qu'il y a beaucoup de rassemblements, des gens d'un peu partout viennent ici pour célébrer », ajoute-t-il, précisant que plus de 50 % des visiteurs proviennent de l'extérieur de la MRC de Drummond.

Curieusement, alors que l'on croirait que ces dates sont traditionnellement réservées à la famille, les soirées du 24 et du 31 décembre gagnent en popularité. La soirée du 24 affichait d'ailleurs complet. Plusieurs préfèrent ainsi vivre un « Noël comme dans le bon vieux temps » plutôt que dans le confort de leurs chaumières.

De musique, de légendes et d'activités hivernales

Il est plus difficile de se démarquer par une activité du temps des Fêtes que par l'épouvante d'un village hanté. Quoi qu'il en soit, le Village québécois d'antan est parvenu, au fil des années, à offrir une expérience qui se distingue de tout ce qui est offert au Québec.

Au cours des 15 soirées s'échelonnant de la mi-décembre jusqu'au 3 janvier, l'attrait drummondvillois offre 45 activités intérieures et extérieures ayant notamment lieu dans une vingtaine de maisons d'époque, décorées de plus de 25 000 lumières. Sur les différents sites, des comédiens accueillent chaleureusement les visiteurs et leur font un brin de jasette.

Pendant que les lutins coquins ont envahi la chapelle et une bonne partie de la section consacrée aux enfants, la Commère et ses amis reçoivent les gens dans leurs demeures afin de les initier aux rites d'autrefois ou de les faire participer musicalement.

Dehors, on peut entendre la chorale entonner des airs bien connus des Fêtes et se réchauffer autour des feux de camp. Les plus actifs opteront pour la patinoire, l'arène réservée au hockey, le jeu de baby-foot géant ou pour la bataille de balles de neige avec les lutins.

« Il y a aussi le sentier des amoureux, aménagé en nouveauté sur le belvédère qui est de toute beauté. Il a été très prisé des visiteurs », conclut le directeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer