Veillée de danse trad à Richmond

La Veillée de danse trad du Temps des... (Photo fournie)

Agrandir

La Veillée de danse trad du Temps des fêtes est de retour, ce jeudi à la salle Sainte-Famille de Richmond.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Lupien
La Tribune

(Richmond) La Veillée de danse trad du temps des Fêtes à Richmond est de retour, ce jeudi à la salle Sainte-Famille. Trois jours avant le début de l'année 2017, Donald Dubuc et Julie Miller, les organisateurs, convient les amateurs de musique et de danse traditionnelles québécoises et irlandaises à venir s'émoustiller sur le plancher de danse.

Pas besoin de connaître par coeur les rudiments du set carré pour en profiter. Ce qu'il faut faire, c'est de suivre les directives du câlleur. « Mon rôle c'est d'annoncer les pas et de diriger la danse. C'est aussi de faire en sorte que tous se sentent invités et accueillis, que les gens aient du plaisir à danser. À partir de ce moment-là, ils sont les artisans de leur divertissement », indique Donald Dubuc, câlleur et animateur.

Autrefois, ces soirées avaient lieu à Ulverton dans le même esprit que dans la série Ulverton Folk, spectacles présentés à la salle communautaire du village. « Je crois que cette année, c'est la quatrième à Richmond. Dans le temps des fêtes, on vit beaucoup de stress. Le matérialisme est très présent. On voulait donc se faire un cadeau, celui de vivre quelque chose de communautaire, de partage et d'échange », déclare Julie Miller, résidante d'Ulverton.

Plusieurs générations se côtoient dans les veillées trad, qui se veulent un prétexte pour se rassembler, vivre un moment de rapprochement en collectivité et surtout de garder vivantes ces racines québécoises qui tendent sournoisement à se faire oublier.

« Je trouve que quand on s'intéresse à l'histoire de la danse et à l'histoire de la musique, on s'intéresse à son histoire. C'est une question d'identité de savoir d'où on vient, d'être ancré, mais de continuer d'évoluer », explique M. Dubuc.

On ne compte plus les fois où Donald Dubuc a câllé des rondes et des contredanses, où il a dirigé les swingeux à travers les soirées endiablées au rythme du violon et de la guitare d'Olivier Adoue, également podorythmiste, et de Timi Turmel avec son piano et son accordéon. Domino, y fait chaud!

« L'accent n'est pas mis sur la performance, mais sur le plaisir. C'est accessible à quelqu'un qui n'a jamais dansé dans sa vie et puis c'est possible d'aller plus loin. Plus on avance, plus on complexifie les figures, les rythmes », continue celui qui fait également partie du répertoire des artistes du programme Culture à l'école du ministère de la Culture et des Communications.

D'autres veillées sont organisées par Donald Dubuc et Danse Trad. Outre celle de Richmond, il y aura la danse du 30 décembre à la bibliothèque Éva-Sénécal de Sherbrooke en après-midi.

La veillée du 29 décembre débute à 19 h 30 avec un potluck de desserts où il faut apporter un dessert à partager. La danse câllée avec Donald Dubuc et ses musiciens débute à 20 h 30. Il y aura des activités pour les enfants et on promet que personne ne sera refusé à l'entrée du 155, rue Craig à Richmond pour incapacité de payer. « C'est un genre de Pay What You Can. L'important c'est de fêter ensemble », tient à préciser Julie Miller.

Plus d'informations à dansetrad.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer