Une mère de quatre enfants déterminée à vaincre le cancer

Nathalie Nolet, au centre, en compagnie de son... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Nathalie Nolet, au centre, en compagnie de son conjoint Yan Palmer, de ses enfants, Tristan, Naomie, Shwan et Eyden, ainsi que de la présidente d'honneur de la fondation Il était une fois, Virginie Bonura.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Le petit monde de Nathalie Nolet s'est écroulé en août 2015, lorsque ses médecins lui ont diagnostiqué un cancer de sein hormono dépendant de stade 4 qui, selon les spécialistes, ne pouvait être guéri.

D'abord assommée par la nouvelle, la mère de quatre enfants a petit à petit repris ses sens et a décidé de se battre. Elle a entrepris une série de recherches sur les médecines alternatives et les traitements parallèles qui sont offerts un peu partout à travers le globe. Par la modification de son alimentation et la prise de médicaments alternatifs, elle est parvenue à améliorer sa qualité de vie et même à faire reculer la maladie.

« Les médecins ont du mal à expliquer ce qui se passe, le cancer a reculé, il y a des métastases qui ont diminué de grosseur », explique la Victoriavilloise âgée de 37 ans.

Le problème avec ces traitements complémentaires, c'est qu'ils sont fort coûteux. On évalue à 2000 $ environ la dépense hebdomadaire reliée au traitement de la maladie. En dépit de tous les efforts réalisés afin de réaménager le budget de la famille, elle est sur le point de devoir cesser ces traitements qui lui font le plus grand bien.

Une communauté à la rescousse

Informée des difficultés financières rencontrées par Nathalie Nolet et les siens, la fondation Il était une fois... a décidé de lui offrir sa campagne de financement 2017. Ainsi, les gens qui désirent donner un coup de pouce à la petite famille sont conviés à une soirée vins et fromages qui aura lieu le 18 mars, au Complexe Sacré-Coeur. La présidence d'honneur de l'événement a été confiée à la femme d'affaires Virginie Bonura de Physio-Santé.

« C'est impossible de rester insensible à cette histoire-là, à cette famille-là. Ça m'a rappelé des événements vécus par des gens près de moi, alors j'ai décidé de trouver du temps pour les aider, affirme-t-elle. Si on pouvait prendre soin de nos gens, un à un, notre communauté ne s'en porterait que mieux ».

L'objectif est de vendre la totalité des 400 billets rendus disponibles au coût de 110 $ en plus d'amasser des dons supplémentaires. L'an dernier, l'activité avait permis de remettre un peu plus de 40 000 $ à Catherine Beaudoin, une maman princevilloise ayant perdu l'usage de ses jambes.

Les faire mentir

C'est avant tout pour ses quatre enfants, Naomie, Tristan, Shawn et Eyden que Mme Nolet a choisi de livrer ce combat que les spécialistes considèrent perdu d'avance. On lui a donné un maximum de six ans à vivre. Elle entend bien prolonger l'échéance.

« On en entend de belles histoires de gens qui ont le cancer généralisé et qui finissent par se retrouver sans trace de cancer. Quand tu reçois ce diagnostic et que tu as quatre beaux enfants, ça te pousse à te battre. Je veux être là pour eux, ça me fait mal de penser que je ne serai peut-être plus là à Noël l'an prochain », lance-t-elle, émotive.

Le financement obtenu permettra à la mère de famille de poursuivre sa thérapie complémentaire aux traitements de médecine traditionnelle et, souhaite-t-on, faire disparaître le mal.

« Je veux que l'on puisse démontrer à tout le monde qu'il y a autre chose qui existe que la médecine traditionnelle. Je veux qu'on les fasse mentir », conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer