Deux remorques de nourriture pour les plus démunis à Magog

Plus de 230 bénévoles ont fait fi de... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Plus de 230 bénévoles ont fait fi de la pluie verglaçante dimanche matin pour préparer et distribuer les quelque 350 paniers de Noël du Souper du Partage aux familles démunies de Magog. La mairesse Vicky-May Hamm a également mis la main à la pâte.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La récolte record lors du dernier Souper du Partage a été suivie d'une distribution de panier tout aussi spectaculaire à Magog dimanche, où 350 paniers de Noël ont été distribués aux familles démunies.

L'équivalent de deux camions-remorque de 53 pieds en nourriture périssable et non périssable et une flotte de 30 camions pour la distribuer, fait remarquer le président fondateur du Souper du Partage, Jean Pelchat, non sans une pointe de fierté.

« C'est une bonne cargaison. On parle de 1000 personnes qu'on a aidées environ cette année, s'est-il réjoui. Et malgré les conditions difficiles dimanche matin, il y avait 230 bénévoles qui nous ont donné un coup de main à la préparation et à la livraison. C'est beaucoup de personnes et on a réussi à bien faire notre tâche. »

« C'est très gratifiant. On a une belle collaboration avec les commerçants et les hommes et femmes d'affaires de Magog. C'est comme une grande fête, le Souper du Partage, et de voir autant de bénévoles venir donner de leur temps, de leur argent, pour donner un petit moment de bonheur à des gens moins chanceux que nous, c'est magique », ajoute-t-il.

Un total de 104 875 $ avait été amassé lors du souper spaghetti annuel de l'organisme, en novembre. S'il est heureux de l'ampleur qu'a prise le Souper du Partage et la distribution des paniers de Noël qui s'en suit après 22 ans d'existence, Jean Pelchat ne s'attriste pas moins de constater l'ampleur des besoins qui demeurent à combler.

« C'est officiel. La pauvreté, on pense toujours qu'on va pouvoir la vaincre, mais on ne réussit pas. Il y a de plus en plus de jeunes hommes qui vivent dans l'isolement ainsi que des gens plus âgés qui vivent seuls et qui ont de la misère à payer leur logement, leur chauffage, l'électricité, etc. Au moins, il y a des gens qui ont bénéficié des paniers pendant plusieurs années qui parviennent à s'en sortir, et ils viennent donner à leur tour ensuite », résume celui dont le dévouement lui a valu d'être nommé Héros de sa communauté dimanche dans le cadre de la campagne « Moments chanceux », tenue à travers 80 marchés Provigo au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer