Convention collective d'une durée de 7 ans à Windsor

Après des négociations qui se sont échelonnées sur 9 mois, la Ville de Windsor... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Lupien

(Windsor) Après des négociations qui se sont échelonnées sur 9 mois, la Ville de Windsor et le Syndicat des employés municipaux de Windsor se sont entendus pour renouveler la convention collective des cols blancs et cols bleus. Cette nouvelle convention sera d'une durée de 7 ans, soit du 1er juillet 2016 au 30 juin 2023.

« En demandant une entente de sept ans, la Ville visait une stabilité. À long terme, on se protège contre toute augmentation monétaire concernant par exemple les salaires », explique Carlo Fleury, directeur général de la Ville de Windsor.

Même son de cloche du côté du syndicat. « On a accepté de signer cette entente, car ça apportait une stabilité au niveau des employés, surtout avec le projet de loi 110 qui s'en vient concernant les modifications dans les négociations des conventions collectives dans le monde municipal », a déclaré Kevin Gagné, président du syndicat.

La nouvelle entente, votée à 92 % par les employés, prévoit notamment une révision de l'horaire de travail et la mise en place d'un programme de retraite progressive. Elle est accompagnée d'augmentations salariales basées sur l'IPC (Indice des prix à la consommation), majorées de 0,5 %, avec des maximums de 2 % en 2017 et 2018, 2,25 % en 2019 et 2020 et 2,5 % en 2021 et 2022.

« Nous avions comme objectif d'accroître l'efficacité opérationnelle et administrative de l'appareil municipal, tout en limitant le fardeau financier des citoyens » a conclu la mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, visiblement très satisfaite du travail effectué par le comité de négociation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer