Les cités régionales de l'UMQ veulent être entendues

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) Réunis à Thetford Mines depuis deux jours, les membres du caucus des cités régionales de l'Union des municipalités du Québec ont adopté leur plan d'action 2016-2017 et abordé plusieurs dossiers dont la reconnaissance des municipalités comme gouvernement de proximité et l'apport des cités régionales au développement économique des régions.

« Les villes-centres jouent un rôle important dans nos régions. Les villes de notre taille se doivent de faire entendre leur voix. Il est intéressant de voir jusqu'à quel point nous avons un impact quand nous investissons chez nous », de déclarer Mme Vicky-May Hamm, vice-présidente du caucus et mairesse de Magog, qui a ajouté attendre avec intérêt le projet de loi sur les gouvernements de proximité. « Nous souhaitons avoir les pouvoirs et l'autonomie nécessaires pour remplis encore mieux notre mandat. »

À cet effet, le caucus procédera à l'actualisation d'une étude qu'il a menée en 2013 sur la contribution économique des cités régionales dans le milieu et au Québec.

Toutefois, de tous les dossiers abordés, celui de la réforme OPTILAB est celui qui a soulevé davantage les passions s'il faut en croire le maire de Thetford Mines, M. Marc-Alexandre Brousseau, également vice-président du caucus.

« Nous aimerions obtenir une meilleure écoute du premier interlocuteur dans le dossier, le ministre Barrette. Le dossier OPTILAB nous inquiète et nous aimerions que notre point de vue obtienne une meilleur écoute », d'affirmer le maire Brousseau rappelant que lors d'une rencontre avec le ministre la semaine dernière, au cours de laquelle ce dernier a été sensibilisé aux préoccupations entourant la réorganisation des laboratoires médicaux, les élus ont déploré que cette mesure s'ajoute à plusieurs autres qui ont pour effet de dévitaliser les régions.

Le maire de Thetford Mines n'a pas passé sous silence que le ministre Barrette a presque banalisé le fait que, récemment, plus d'une trentaine de prélèvements sanguins aient été égarés lors de leur transport entre le Centre hospitalier de Thetford Mines et l'Hôtel-Dieu de Lévis.

« Le caucus des cités régionales de l'UMQ s'est clairement positionné aujourd'hui et considère que le gouvernement devrait dès maintenant revoir la réforme OPTILAB à la lumière de la Loi-cadre sur l'occupation du territoire. »

« Il n'est jamais trop tard. Ce sont toutes nos municipalités qui sont impactées. Nous n'avons pas dit notre dernier mot », de lancer Mme Hamm ajoutant que les municipalités touchées s'étaient dotées d'équipements et de services et qu'elles perdaient actuellement des services de qualité.

Le caucus des cités régionales s'attend à recevoir de nombreux appuis lors de la suite des événements. « Il ne faut pas oublier que nous représentons un million de personnes. Nous allons certainement utiliser cet argument de taille pour faire valoir notre point de vue », de faire remarquer le maire de Victoriaville, M. André Bellavance.

Les 27 municipalités membres étaient représentées dont Magog, Victoriaville, Drummondville, Cowansville, Granby et Thetford Mines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer