«C'est une lutte à deux»

Le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, le chef... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, le chef de la CAQ, François Legault, le candidat de la CAQ dans Arthabaska, Éric Lefebvre et le député de La Peltrie, Éric Caire, ont fait campagne dans Arthabaska, jeudi.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) À quelques jours des élections partielles du 5 décembre, la Coalition avenir Québec a tenté de rallier les anciens adéquistes et les péquistes à sa cause dans Arthabaska.

Le député de La Peltrie et ancien adéquiste lui-même, Éric Caire, affirme avoir retrouvé l'ambiance qui régnait à l'époque de Mario Dumont et a incité ceux qui étaient sympathiques à la cause de celui qui est maintenant animateur à TVA à se joindre à la CAQ.

« François Legault et Mario Dumont se ressemblent en plusieurs points, ils ont la même intégrité, la même volonté d'améliorer le Québec et la même volonté de faire de la politique quelque chose de bien. Tous ceux qui ont fait confiance à Mario Dumont devraient faire confiance à la CAQ. Ce ne sont pas tous les libéraux qui sont corrompus, mais tous les corrompus sont libéraux, alors que nous avons un parti de gens honnête », a-t-il dit.

Le chef de la CAQ, François Legault a réitéré que la course se faisait entre son candidat Éric Lefebvre et le libéral Luc Dastous dans Arthabaska et a demandé aux sympathisants du Parti québécois de se rallier pour contrer leur adversaire commun.

« J'envoie un message aux péquistes. Ne perdez pas votre vote, c'est une lutte à deux dans Arthabaska. Plusieurs anciens du PQ, et j'en fais partie, se rallie à la CAQ, c'est le temps d'envoyer un message clair à ce parti usé », a-t-il continué.

Le chef de la CAQ s'est dit confiant de remporter les suffrages dans Arthabaska et espère conquérir deux des quatre circonscriptions en élection partielle. Il croit que maintenant que la dualité souverainiste et fédéraliste est chose du passé, les électeurs ayant à coeur les valeurs québécoises et l'intégrité des politiciens se tourneront vers la Coalition avenir Québec.

« Dans Arthabaska, les gens sont bleus. Ils ne sont pas bleu péquiste, ils sont bleu caquiste. Ils n'aiment pas la corruption et le gaspillage de fonds publics et ils ont également une identité forte et ils ne veulent pas que les gens qui enseignent à leurs enfants portent le tchador », a-t-il tonné.

Un scandale opportun

M. Legault ne cache pas que le plus récent scandale à venir éclabousser le Parti libéral, celui en lien avec la vente mystérieuse de deux immeubles par la Société immobilière du Québec, survient à un bon moment.

Il s'agit, à son avis, du « plus important scandale de l'histoire récente du Québec ». La CAQ estime les pertes encourues par les Québécois à plusieurs dizaines de millions de dollars, bien davantage que les 65 millions $ annoncés récemment pour améliorer les soins en CHSLD.

« Le gouvernement est en train de nous dire qu'il est plus payant au Québec d'être George Gantcheff que d'être une personne en CHSLD qui a été un actif toute sa vie pour la Société », a ironisé M. Caire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer