Une bonne entente... de courte durée

La bonne entente apparente entre la Ville de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La bonne entente apparente entre la Ville de Magog et l'agriculteur Jacques Lamontagne aura été de courte durée : le segment de la Route verte compris entre la rue Belvédère et le ruisseau Boily est à nouveau fermé et on ignore quand il pourra être rouvert.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La bonne entente apparente entre la Ville de Magog et l'agriculteur Jacques Lamontagne aura été de courte durée : le segment de la Route verte compris entre la rue Belvédère et le ruisseau Boily est à nouveau fermé et on ignore quand il pourra être rouvert.

ans un communiqué, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, affirme que les dirigeants de la municipalité « ont été les premiers surpris d'apprendre que cette portion de la Route verte était une fois de plus inaccessible. Ce sont des citoyens qui nous ont avisés par les médias sociaux ce week-end. »

Propriétaire du terrain sur lequel a été aménagé le tronçon problématique, Jacques Lamontagne avoue qu'il ne comprend pas la réaction de Mme Hamm et de la municipalité.

« Nous avions une entente qui allait du 15 avril au 15 novembre de cette année. Je ne sais pas pourquoi la Ville de Magog est surprise que j'ai fermé l'accès à la piste cyclable puisqu'on a dépassé la date de fermeture prévue », fait valoir Jacques Lamontagne.

Mais la mairesse ne l'entend pas de cette façon du tout. « Tu ne fais pas quelque chose comme ça sans aviser l'autre partie. Nous sommes toujours en négociations avec ce citoyen, mais il ne nous a pas prévenus de ce qu'il ferait. Du jour au lendemain, on a appris qu'il y avait des entraves dans la piste cyclable. On ne peut pas laisser les citoyens être pris en otage de cette façon », prévient Vicki May Hamm.

Par le passé, les gens étaient nombreux à marcher sur la piste cyclable, entre le ruisseau Boily et la rue Belvédère, même en saison hivernale. C'était avant que les relations entre la Ville et l'agriculteur se dégradent.

Des négociations ou pas?

Greffière pour la Ville, Sylviane Lavigne souligne pour sa part que la municipalité a rencontré plusieurs fois le propriétaire du terrain concerné ou son représentant durant les derniers mois.

Jacques Lamontagne rétorque cependant que, dans le cadre des discussions ayant eu cours entre le 15 avril et le 15 novembre, il n'a jamais été question du segment de piste cyclable traversant son terrain.

Mme Hamm ne nie pas ce qu'affirme le propriétaire du terrain. Cela dit, elle mentionne que celui-ci souhaite régler différents dossiers l'impliquant avant de s'entendre avec la municipalité. « Il attache tous les dossiers ensemble et en ajoute constamment », déplore-t-elle.

En outre, le propriétaire du terrain désirait qu'on assouplisse la réglementation de la municipalité concernant les zones de développement. La Ville a le sentiment d'avoir fait le travail car la MRC de Memphrémagog a récemment donné le feu vert à l'entrée en vigueur d'une réglementation de nature à satisfaire un plus grand nombre de promoteurs immobiliers.

Quoi qu'il en soit, la Ville se montre déterminée à solutionner la problématique existante. « Nous comptons prendre tous les moyens nécessaires pour trouver une solution permanente avant la saison estivale 2017 », déclare Sylviane Lavigne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer