Le grand vitrail de l'église Sainte-Agnès de Lac-Mégantic mis en lumière

Le ministre de la Culture et des Communications... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Le ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin, photographié devant la verrière  qui enjolive l'église Sainte-Agnès encompagnie du député de Mégantic, Ghislain Bolduc, et du curé Gilles Baril.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) De passage à Lac-Mégantic pour l'annonce concernant la rénovation de la salle de spectacle de la Polyvalente Montignac (voir autre texte en page 8), le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, en a profité pour annoncer qu'il vient de signer un avis d'intention de classement pour la splendide verrière de l'église Sainte-Agnès. Verrière que l'on entend souvent, dans le langage oral, identifiée comme le « grand vitrail de l'église Sainte-Agnès ».

Un geste significatif visant à assurer la protection et la mise en valeur de cet élément patrimonial, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, dans un édifice qui, comme église, s'approche davantage d'une cathédrale ou d'une basilique.

« En émettant cet avis d'intention de classement pour la verrière de l'église Sainte-Agnès, notre gouvernement désire reconnaître son intérêt patrimonial inestimable, en raison de ses valeurs historiques et artistiques, pour en assurer la pérennité au bénéfice des générations futures », a émis le ministre Fortin.

Il a également souligné les dimensions gigantesques de l'oeuvre, soit plus de huit mètres de haut par près de six de large. C'est d'ailleurs pourquoi on parle de verrière au lieu d'un vitrail, à cause de sa dimension, une verrière étant un vitrail de grande envergure, selon le ministre.

Cette pièce exceptionnelle aurait été fabriquée en 1849 à l'atelier de William Wailes, un fabricant renommé de vitraux établi à Newcastle en Grande-Bretagne. Elle a été installée dans l'église Immaculée-Conception, à Londres. Mais en 1912, elle aurait été offerte au curé Joseph-Eugène Choquette de la paroisse Sainte-Agnès, à Lac-Mégantic. Cette verrière aux couleurs vives et de composition riche serait le plus ancien exemple de vitrail de style néogothique au Québec et au Canada. Il s'agirait également du plus ancien vitrail de l'atelier de William Wailes à se trouver en Amérique du Nord.

Le curé actuel de la paroisse, Gilles Baril, semblait bien fier d'accueillir le ministre de la Culture et des Communications dans son temple, qu'il souhaiterait éventuellement être élevé au rang d'une basilique, car une cathédrale abrite habituellement la résidence d'un évêque, selon lui.

« La tragédie du 6 juillet 2013 a beaucoup fait intérioriser les gens... Il y a deux messes ici, une le samedi 16 h, l'autre le dimanche avant-midi. Régulièrement, nous avons 800 personnes qui y assistent globalement. Et ce ne sont pas seulement des aînés, il y a aussi des jeunes. D'ailleurs, 240 jeunes suivent la catéchèse paroissiale à Lac-Mégantic! », s'est réjoui le curé Baril.

Incidemment, le projet d'illumination de l'extérieur de l'église vient de remporter un premier prix au Québec, remis par l'International Dark Sky Association, responsable de la première Réserve internationale de ciel étoilé attribuée à la région, obtenue par l'entremise du Parc national du Mont-Mégantic et de l'Observatoire scientifique qui s'y trouve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer