Demain Waterville s'élance

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterville) L'heure était à l'engagement dimanche au Centre communautaire de Waterville, où environ 70 personnes avaient répondu à l'invitation du comité Demain Waterville pour une grande rencontre citoyenne.

Les gens présents étaient appelés à voter puis s'impliquer pour les idées qui les motivent et qu'ils souhaitent voir se concrétiser à Waterville.

L'initiative est inspirée du documentaire Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui recense des exemples de solutions aux défis environnementaux et sociaux, et suscite de nombreux rassemblements comme celui de Waterville à travers le monde. À la suite des deux projections locales du film en septembre et octobre dernier, 150 idées ont émergé et étaient soumises au public.

«À partir d'aujourd'hui c'est vous autres Demain Waterville. À vous de prendre votre place», lançait l'initiatrice du mouvement local, Elyse Audet, en guise d'ouverture à l'activité. Le petit noyau derrière l'organisation de Demain Waterville souhaite en effet se faire plus discret et agir davantage comme ressource de soutien pour les actions à venir. «On a donné une impulsion avec le comité, on se donnait jusqu'à aujourd'hui pour voir s'il y a vraiment un mouvement citoyen qui démarre à Waterville», mentionne Elyse Audet.

Les idées récoltées et affichées sur les murs, auxquelles on accolait des étoiles en guise de vote, vont de l'augmentation de la démocratie participative à la création d'un incubateur d'entreprises, en passant par la création d'une monnaie locale. Elles touchent l'alimentation, l'éducation, la démocratie, l'économie, la santé, la gestion des ressources et le vivre ensemble. La journée de réflexion avait pour but de dégager deux priorités par catégorie.

Selon Elyse Audet, les deux idées qui ont semblé susciter le plus d'enthousiasme suite à la projection du documentaire concernent la relance du camp Val-Estrie et l'instauration d'un service de covoiturage de type Communauto. «Mais c'est vraiment à partir d'aujourd'hui qu'on va voir comment les gens s'approprient les idées et veulent s'investir.»

Une majorité de jeunes

Parmi les gens présents lors de cette rencontre, une vaste majorité était dans la vingtaine ou la trentaine, et plusieurs étaient venus avec leurs enfants, qui profitaient du service de garde sur place. Si le mouvement semble toucher davantage cette tranche d'âge pour l'instant, Elyse Audet souhaite qu'il rassemble éventuellement des gens de toutes les générations. «Si ça rayonne et que ça continue, il y en a d'autres qui vont s'ajouter.»

Une dizaine d'entreprises de la région étaient représentées, dont UrbanEco, la coop Les 3 Soeurs et la Gare Alimentaire, un signe encourageant pour le mouvement, selon elle. «On a beaucoup d'expertise à Waterville, c'est un terreau fertile pour ce genre d'initiative.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer