Hébergement illégal: la mairesse de Magog rencontrera l'AGTMO

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville de Magog rencontrera finalement les représentants de l'Association des gîtes touristiques de Magog-Orford (AGTMO) afin de trouver des solutions pour contrôler l'hébergement illégal sur son territoire.

Après avoir tenu deux rencontres internes au cours des deux dernières semaines pour terminer de dresser le portrait de la situation dans la municipalité et établir différentes propositions, la Ville a convoqué l'AGTMO à une rencontre le 14 novembre prochain.

« On a fait le portrait de la situation. On a quelqu'un qui a fait des recherches un peu comme à Sherbrooke et observé les différentes solutions qui se faisaient ailleurs, mais rien n'est établi, parce qu'on veut en parler avec l'AGTMO d'abord », a précisé la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, qui participera aux discussions.

Cette dernière évoque que plusieurs scénarios sont étudiés, mais qu'aucun n'apparaît cependant simple.

« Ç'a l'air simple, mais ça ne l'est pas. Sherbrooke a fait l'inventaire et après ils ont envoyé des étudiants, mais le suivi, il n'est pas fini. Il y en a des rebelles, des cas qui devront aller en cour. »

« L'irritant, c'est l'injustice liée aux taxes qui ne sont pas perçues et qui créent une concurrence déloyale, mais au-delà de ça, si c'était permis et que c'était taxé, ça demeurerait un irritant pour d'autres raisons, comme dans le cas d'allers-retours constants d'étrangers chez un voisin. »

Rappelons que l'AGTMO avait mis en demeure la mairesse de Magog le 26 septembre afin de la forcer à la rencontrer dans les dix jours suivant la réception de la lettre. Il avait par la suite été convenu qu'une rencontre entre les deux parties aurait lieu au plus tard au début du mois de novembre.

L'AGTMO déplorait l'inertie de la municipalité dans le dossier de l'hébergement illégal en dépit des quelque 70plaintes qui lui ont été envoyées en un an. L'association représente 23 gîtes répartis à Magog et à Orford.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer