Une conseillère du lac Lovering demeure opposée à la tour de télécommunication

La présentation publique effectuée par la compagnie Vidéotron concernant le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) La présentation publique effectuée par la compagnie Vidéotron concernant le projet de tour dans le secteur du lac Lovering n'a pas convaincu la conseillère municipale Diane Pelletier.

Diane Pelletier... (Spectre Média, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Diane Pelletier

Spectre Média, Maxime Picard

« Les photos qu'ils nous ont présentées, mercredi dernier, pour nous montrer quel serait l'impact visuel de la tour ne m'ont pas fait changer d'avis, révèle Mme Pelletier. Je vais continuer à exprimer mon désaccord avec ce projet. »

La conseillère municipale rappelle que la MRC de Memphrémagog a adopté un moratoire portant sur la construction de tours de télécommunication. « À Magog, on a appuyé ce moratoire qui n'a pas été décrété sans raison. On a une région particulièrement bien pourvue en paysages et il faut essayer de les protéger », affirme-t-elle.

À ce sujet, elle soutient que la population et les décideurs « n'ont pas encore bien compris l'importance des paysages au plan économique. On défait le paysage peu à peu. »

Pour illustrer son propos, elle souligne que des tours ont été ajoutées en bordure de l'autoroute 10, entre Eastman et Orford, dans un paysage pourtant protégé par un décret gouvernemental. « Même un décret de ce genre ne peut empêcher de telles constructions. C'est préoccupant. »

Par ailleurs, elle déplore que la soirée d'information organisée par Vidéotron se soit déroulée un mercredi soir, qui plus est à la fin du mois d'octobre. « Il y a beaucoup de villégiateurs au lac Lovering. Ces gens sont moins souvent dans la région à cette période-ci de l'année. Et ce sont aussi des personnes qui sont moins présentes à Magog durant la semaine », remarque-t-elle.

Le conseil décidera

Mairesse de la Ville de Magog, Vicki-May Hamm indique pour sa part avoir été « extrêmement déçue par la faible participation de la population » à la soirée d'information.

« Les gens concernés avaient été prévenus, note-t-elle. J'ai l'impression que l'installation de cette tour ne préoccupe pas vraiment les gens et que ce dossier ne les intéresse pas. Je ne sais pas pourquoi. Ce qui est certain c'est que nous, comme conseil municipal, on a joué notre rôle en s'opposant au projet au départ. »

Quoi qu'il en soit, les membres du conseil municipal rediscuteront de ce projet. « J'avais promis de ramener ça au conseil et ce sera fait. Ce sera aux élus de décider de la position finale de la municipalité par rapport à ce dossier. C'est possible qu'on demande plus de précisions et d'images. Il ne faudrait pas que la tour cache des paysages. »

Notons que la Ville de Magog n'aura pas le dernier mot dans ce dossier, puisque les télécommunications constituent un champ de compétences fédéral. Un non ferme de la municipalité n'empêcherait donc pas nécessairement Vidéotron d'aller de l'avant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer