Les espoirs du couple Demers-Durocher seront concrétisés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Georges-de-Windsor) Le couple formé de Ginette Demers et André Durocher, dont la maison a été incendiée en raison d'une infestation à la mérule pleureuse, verra ses espoirs de se retrouver d'ici Noël dans une nouvelle maison adaptée à ses besoins se réaliser, et ce, grâce à l'équipe de Chantal Lacroix de l'émission On efface et on recommence, mais aussi de la coopération volontaire d'entreprises et de fournisseurs de la région.

Ces derniers ont entrepris en début de semaine les divers travaux qui sont effectués sous la coordination du Groupe BrimkO de Sherbrooke.

La construction a débuté récemment afin de compléter la fondation avant la fin de semaine. «À moins de gros imprévus, l'ensemble des travaux sera exécuté à temps pour leur permettre de fêter Noël chez eux. C'est un projet dont la valeur réelle de construction dépasse les 300 000 $. J'en suis très heureux pour ces gens dans le besoin, car ce sont de bonnes personnes, des gens simples à qui nous pouvons offrir un baume à mettre sur leurs récents malheurs», explique le président du Groupe BrimkO, Raphaël Francoeur.

«Lorsque j'ai reçu l'appel de l'équipe de On efface et on recommence me demandant de prendre charge du projet à titre d'entrepreneur général puisque nous devions faire appel à plusieurs travailleurs et entreprises de métiers différents, nous n'avons pas hésité à accepter de nous impliquer. Notre entreprise est à caractère familial et nous réussissons bien en affaires, c'était une belle occasion de redonner au suivant.»

L'entrepreneur a fait appel à une trentaine d'entreprises, en grande majorité de Sherbrooke, des entreprises avec lesquelles ils réalisent des projets régulièrement. «Ces entrepreneurs sont bien impliqués dans le projet et heureux d'apporter leurs diverses contributions. Tout s'est orchestré rapidement pour assurer que les travaux se déroulent rondement. Nous nous efforçons de bien organiser les travaux, de leur éviter des pertes de temps. Leur collaboration nous est entièrement assurée et nous les en remercions, sans eux pas de projet !» ajoute-t-il à juste propos.

Raphaël Francoeur signale en terminant qu'il ne manque qu'un installateur de vinyle, fascia et soffite, pour assurer la concrétisation de tous les travaux et fait appel à la générosité d'un d'entre eux pour se joindre à ce projet exécuté bénévolement pour une bonne cause.

Mercredi, un cameraman de l'émission On efface et on recommence était sur place pour effectuer quelques prises de vues avec les sous-traitants. Des communications ont lieu régulièrement entre l'équipe de travailleurs sur place et l'équipe de l'émission pour assurer la meilleure efficacité de réalisation du projet. Le reportage sera diffusé le printemps prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer