Les Esséniens refusent l'ordonnance de la CPTAQ

L'Église essénienne a formulé une requête au Tribunal... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'Église essénienne a formulé une requête au Tribunal administratif du Québec le 13 octobre dernier, demandant que son territoire situé sur le chemin Brochu à Cookshire soit autorisé à d'autres fins non agricoles comme le culte, le résidentiel, la villégiature et l'entreposage.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(Cookshire-Eaton) Les Esséniens ont décidé de contester l'ordonnance émise en septembre par la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour que le territoire agricole occupé par l'Église essénienne dans la ville de Cookshire-Eaton soit utilisé pour l'agriculture.

L'Église essénienne a formulé une requête au Tribunal administratif du Québec le 13 octobre dernier, demandant que son territoire situé sur le chemin Brochu à Cookshire soit autorisé à d'autres fins non agricoles comme le culte, le résidentiel, la villégiature et l'entreposage.

« De notre côté, nous faisons ce qui est en notre pouvoir pour faire respecter la réglementation. C'est un litige qui tardait à obtenir une ordonnance puisque nous avions eu notre audition à la CPTAQ en septembre 2015 et l'émission de l'ordonnance avait été reportée à deux reprises », raconte le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry.

Ayant ordonné le déménagement ou la démolition de certains bâtiments, la CPTAQ a donné 60 jours aux Esséniens pour se conformer à l'utilisation agricole de ce territoire, mais la contestation de ces derniers pourrait compliquer les choses. Si le Tribunal administratif donne raison à la CPTAQ, des mesures seront ensuite prises pour faire respecter l'ordonnance.

Cependant, la communauté a fait l'acquisition du domaine en 2007, et ce, dans l'optique de devenir la Mecque de la religion essénienne chrétienne, elle qui compte environ 300 adeptes actuellement, rapportait le 107,7 cette semaine.

La ville de Cookshire-Eaton n'en est pas à sa première situation problématique avec les Esséniens sur son territoire. En mai 2015, la municipalité reprochait à la communauté religieuse de ne pas avoir obtenu les permis afin de procéder à de nombreux travaux sur sa propriété.

Dans une autre histoire, des procédures avaient été entamées par la municipalité afin de récupérer des taxes foncières qui n'ont pas été payées depuis plus d'une dizaine d'années. « À l'heure actuelle ils n'en ont pas payé encore. Pour eux, c'est une reconnaissance de Fabrique d'Église, mais ils n'admettent pas que la reconnaissance de Fabrique d'Église, c'est seulement pour un lieu de culte avec un presbytère. Ça, ainsi que le fait qu'ils aient un lieu de culte sur un territoire agricole sont au coeur du litige », estime le maire Landry.

Les représentants de l'Église essénienne ont préféré ne pas émettre de commentaires pour le moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer