Tour de vidéotron au lac Lovering : impact visuel acceptable ou pas?

Christian Roy, ingénieur en radiofréquences pour la compagnie... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Christian Roy, ingénieur en radiofréquences pour la compagnie Vidéotron

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Malgré les inquiétudes engendrées par le projet de tour de télécommunication dans le secteur du lac Lovering, peu de citoyens ont participé à la séance d'information tenue par Vidéotron mercredi soir à l'hôtel de ville de Magog.

Cinq membres du conseil municipal de Magog, dont la mairesse Vicki-May Hamm, ont assisté à la rencontre d'information organisée par la compagnie proposant le nouveau projet de tour, laquelle serait érigée à proximité du chemin Laurendeau. Un nombre équivalent de citoyens étaient présents.

La tour que souhaite installer Vidéotron aurait une hauteur de 60 mètres. Elle aurait une largeur de seulement 1,3 m et serait retenue par de longs câbles aussi nommés haubans.

Pendant la rencontre, Vidéotron a présenté une série de photos afin de démontrer quel serait l'impact visuel de la construction de l'infrastructure de télécommunication sur le paysage. La compagnie soutient qu'en raison du couvert végétal relativement dense à proximité de la structure, celle-ci serait peu visible depuis les principaux axes routiers du secteur.

Au terme de la rencontre, la conseillère municipale Diane Pelletier a néanmoins fait part de ses doléances relativement à la question de l'impact visuel des projets de tours.

« Je pense que vous faites des efforts, mais je trouve infiniment triste que vous ne considériez pas le pourtour du lac comme un secteur particulier, a déclaré Mme Pelletier. Il y a des lieux historiques, des paysages d'intérêts et autres autour du lac. Et ces choses ont une valeur économique. »

Pour sa part, Vicki-May Hamm a tenu à souligner que Vidéotron « n'est pas le grand méchant loup. On avait des inquiétudes au départ par rapport à la protection des paysages et la compagnie a bien collaboré avec nous une fois que nous leur avons exprimé nos craintes ».

L'aspect de la santé et de la sécurité a également fait l'objet de commentaires et de questions durant la séance d'information. S'appuyant sur les normes édictées par les organismes de contrôle, Vidéotron a tenté de se faire rassurante sans toutefois pouvoir convaincre l'ensemble des personnes présentes.

« On met des poteaux partout et je me dis qu'il n'existe plus d'endroit où nous ne sommes pas bombardés d'ondes provenant des antennes de télécommunication installées ici et là. Moi, ce qui m'intéresse, c'est la santé et je vois un nombre grandissant de gens qui se déclarent électrosensibles », a mentionné la Magogoise Hélène Théroux.

Rappelons que le conseil municipal de la Ville de Magog s'opposait jusqu'à maintenant au projet de Vidéotron. De nouvelles discussions entre les élus de la municipalité et le fournisseur de services de télécommunication auront sans doute lieu dans un proche avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer