«Cri du coeur» pour qu'Hydro enfouisse sa ligne électrique

Plusieurs organismes unissent leur voix afin qu'Hydro-Québec protège des zones... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Plusieurs organismes unissent leur voix afin qu'Hydro-Québec protège des zones écologiques sensibles et enfouisse la ligne électrique sur une distance de 18 kilomètres pour la future ligne d'interconnexion Québec - New Hampshire.

Le «cri du coeur» vient du Corridor appalachien, du Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, de Nature Québec, du Réseau de milieux naturels protégés et de Deux pays, une forêt alors que s'amorcent à Sherbrooke mercredi soir les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le projet.

« Pour Hydro-Québec, il semble que les paysages protégés du New-Hampshire valent plus cher que ceux du Québec. Alors que du côté américain, on enfouira la ligne électrique sur 100 kilomètres pour des enjeux de conservation, au Québec, on veut traverser et fragmenter des milieux naturels protégés avec une ligne aérienne de large amplitude. C'est inacceptable», dénoncent les organismes dans un communiqué de presse diffusé mercredi avant-midi.

«Le projet pourrait «fragmenter un vaste massif forestier protégé d'une grande valeur sur le plan écologique et dont la protection, par Forêt Hereford et Conservation de la nature Canada, via une réserve naturelle et une servitude de conservation, représente un gain significatif pour la connectivité écologique entre le Canada et les États-Unis», ajoute-t-on.

Les organismes demandent au BAPE du Québec de rejeter le tracé retenu par Hydro-Québec pour la ligne d'interconnexion avec les États-Unis, en particulier dans sa partie sud. À cet endroit, elle quitte l'emprise de la ligne à 450 kV existante pour rejoindre le point de raccordement à la frontière du New Hampshire.

Ils proposent plutôt que la commission retienne le tracé de l'enfouissement, trop rapidement écarté par l'entreprise, et demande à Hydro-Québec de le développer.

«Au New Hampshire, un tiers du tracé (60 miles sur 192 miles), soit environ 100 kilomètres, sera souterrain afin de préserver les paysages, à la base de l'économie récréotouristique de la région», fait-on remarquer.

«L'enfouissement de 18 kilomètres de ligne de transport électrique au Québec permettrait de préserver les paysages associés à la partie québécoise des Montagnes Blanches.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer